Horaires

Horaires d'ouverture

Lundi : 14h - 17h
Mercredi : 10h - 12h30 / 14h - 18h
Jeudi : 9h - 12h
Vendredi : 16h - 19h
Samedi : 10h - 12h30 / 14h - 16h *

* Médiathèque fermée samedi après-midi en juin, juillet et août

tel : 02 40 32 63 03
Partager "Horaires" sur facebookPartager "Horaires" sur twitterLien permanent

Partenaires

Le site de la ville

Partager "Logo Mairie" sur facebookPartager "Logo Mairie" sur twitterLien permanent

Partenaires :

Partager "Nos partenaires" sur facebookPartager "Nos partenaires" sur twitterLien permanent
AccueilGeorges Moustaki

Georges Moustaki

 
Georges Moustaki. Source: Wikipedia

Georges Moustaki, né Giuseppe Mustacchi le à Alexandrie (Égypte) et mort le à Nice, est un auteur-compositeur-interprète d'origine italo-grecque naturalisé français en 1985. Il est aussi artiste-peintre, écrivain et acteur.

Biographie

Débuts

Né en Égypte, de parents grecs de religion juive romaniote et de langue italienne, originaires de l'île de Corfou, il grandit dans un environnement multiculturel (juif, grec, turc, italien, arabe, français) et se passionne vite pour la littérature et la chanson française : pour le linguiste Louis-Jean Calvet, « né à Alexandrie d’une famille juive grecque mais de langue italienne, baptisé Giuseppe par ses parents, inscrit à l’état civil égyptien sous le nom de Youssef, appelé à l’école française Joseph, puis Jo, un diminutif qui a fait croire, lorsqu’il est arrivé en France, qu’il s’appelait Georges, ce qu’il a laissé faire par admiration pour Brassens, il symbolise par cette simple succession de prénoms l’univers méditerranéen ».

Il y avait à Alexandrie une très grande famille Mustacchi. Son père, libraire francophone, l'inscrit ainsi que ses deux sœurs au lycée français d'Alexandrie.

Georges vient en 1951 à Paris où il s'installe chez une de ses sœurs et son beau-frère, le poète Jean-Pierre Rosnay, lui aussi libraire et pour qui il fait du porte-à-porte en vendant des livres de poésie. Il exerce par la suite la profession de journaliste[réf. souhaitée], puis de barman dans un piano-bar, ce qui l'amène à fréquenter des personnalités du monde musical de l'époque, notamment dans le haut lieu de la vie intellectuelle et culturelle parisienne, le quartier Saint-Germain-des-Prés. Il entend ainsi Georges Brassens se produire un soir ; c'est pour lui une révélation : il n'aura de cesse par la suite de faire référence à ce maître, allant jusqu'à adopter son prénom en guise de pseudonyme. Ils s'entendent très bien, et Brassens lui prodigue des conseils. En 1958, le guitariste Henri Crolla lui présente Édith Piaf, pour laquelle il écrira une de ses chansons les plus connues, Milord, et avec qui il connaîtra une courte et fougueuse liaison d'un an ; c'est lui qui présentera Georges Brassens à Édith Piaf, quelque peu hermétique aux chanteurs solistes qui s'accompagnent à la guitare, dits « rive gauche ». Elle incite Moustaki à sortir de ce mouvement, et tout au long des années 1960, il se positionne comme un compositeur et parolier pour les grands noms de la chanson française comme Yves Montand, Barbara et Serge Reggiani, dont il a été le principal auteur et avec qui il se lie d'amitié. Sa différence d'âge avec Piaf lui inspire Sarah, qui sera tout d'abord interprétée par Reggiani avant que lui-même ne l'enregistre à son tour avec son aval[réf. nécessaire]. Il crée alors des chansons qui resteront parmi ses plus grands succès : Ma solitude, Joseph et Ma Liberté ou encore La Longue Dame brune, qu'il interprète alors en duo avec Barbara. Sa devise, tirée d'un écrit d'Antoine Blondin est « l'homme descend du songe ».

En 1968, artiste engagé au moment des événements de mai 68, il écrit, compose et interprète Le Métèque, ballade romantique qui parle d'un étranger un peu éthéré, doux rêveur, sans attache. C'est un grand succès international qui marque un nouveau début de sa carrière d'artiste. En janvier 1970, il fait son premier grand concert en vedette à Bobino. On découvre alors un artiste qui privilégie une ambiance chaleureuse, de proximité avec son public. En 1973, son album Déclaration, prend ses racines dans la musique populaire brésilienne (MPB). On y trouve la chanson Les Eaux de Mars, traduite de la chanson Águas de Março paroles de Vinícius de Moraes sur une musique du fameux compositeur, Antônio Carlos Jobim. Il est aussi proche des mouvements trotskistes comme le montre sa chanson Sans la nommer où il personnifie la révolution permanente, une des théories principales de Trotski. Pendant les trois décennies suivantes, il parcourt le monde pour se produire, mais surtout trouver de nouvelles inspirations ; il écrit entre autres La Vieillesse à 50 ans.

Le , Georges Moustaki monte sur scène, à Barcelone, et explique au public que ses problèmes respiratoires ne lui permettent pas d'assurer le concert. Le , le chanteur annonce à la presse qu'il est définitivement incapable de chanter.

Grand amateur de la guitare, son instrument de prédilection auquel il rend hommage dans plusieurs de ses chansons, il avait noué des liens d'amitié avec le guitariste virtuose Alexandre Lagoya, comme lui né à Alexandrie et d'origine familiale gréco-italienne.

Lors de l'élection présidentielle française de 2012, il donne son soutien au candidat du NPA Philippe Poutou.

Mort

Il meurt le à Nice des suites d'une maladie pulmonaire, un emphysème,,. Il était hospitalisé à la clinique Maison du Mineur à Vence (Alpes-Maritimes).

Il est inhumé dans l'après-midi du lundi dans un caveau provisoire au cimetière parisien du Père-Lachaise avant d'y être transféré dans sa sépulture définitive (95e division).

Vie privée

Georges Moustaki a une fille, Pia, née en 1954 de son union avec Annick Cozannec, surnommée « Yannick », femme de cinq ans son aînée, la seule qu'il ait épousée, lorsqu'il avait vingt ans. Il mentionne brièvement l'existence de son enfant dans sa chanson Il est trop tard.

Il a eu une liaison avec l'actrice Jeanne Moreau.

Dans les années 1970, il a eu pour compagne Catherine Le Forestier, la sœur de Maxime, avec qui il a chanté en duo. Il a également eu une liaison avec la journaliste Sophie Delassein, qui le raconte dans son livre La Vie avec Moustaki (Éditions du Moment).

Prix Georges-Moustaki

En 2010, le premier Prix Georges-Moustaki de l'album autoproduit ou indépendant est créé par Thierry Cadet et Matthias Vincenot. Il sera remporté par Melissmell (2011), Vendeurs d'Enclumes (2012), Askehoug (2013), Robi (2014), Liz Van Deuq (2015), Eskelina (2016), Léopoldine HH (2017), Gatica (2018) et SiAu (2019).

« Ce prix Georges-Moustaki me fait honneur par la qualité des artistes qui ont présenté leur candidature et par sa vocation de récompenser un album autoproduit ; c’est-à-dire réalisé en toute liberté et en toute indépendance. Je remercie tous ceux qui ont rendu cette aventure possible et le public qui participe à cette célébration. Je suis en phase avec les deux jeunes gens qui s’en occupent. J’avais quelques réticences à m’embringuer là-dedans, mais ils sont terriblement sympathiques, et ils savent ce qu’ils font. Ce sont des gens que j’estime beaucoup. J’ai eu envie de les suivre. Je vois ce qu’ils font tout au long de l’année. On est dans la même cour. »

— Georges Moustaki au magazine Platine

Hommages

En , le Conseil de Paris vote à l'unanimité le principe de renommer en son honneur une rue sur l'île Saint-Louis, où il avait son domicile parisien. Ce projet se concrétise en fait, par l'inauguration le , par la maire de Paris Anne Hidalgo, d'une place Georges-Moustaki, non pas sur l'île Saint-Louis mais sur la rive gauche : sur le parvis de l'église Saint-Médard, dans le 5e arrondissement.

Existent des rues Georges-Moustaki à Boulazac Isle Manoire (Dordogne), Issoire (Puy-de-Dôme) et Labruguière (Tarn), une allée Georges-Moustaki à Saint-Jacques-de-la-Lande (Ille-et-Vilaine), une école Georges-Moustaki à Gout-Rossignol (Dordogne), ainsi qu'une maison de quartier Georges-Moustaki au Mans (Sarthe).

Discographie

Albums en studio

  • 1961 : Les Orteils au soleil.
  • 1969 : Le Métèque.
  • 1971 : Il y avait un jardin.
  • 1972 : Danse.
  • 1973 : Déclaration.
  • 1974 : Les Amis de Georges.
  • 1975 : Humblement il est venu.
  • 1976 : Prélude.
  • 1977 : Espérance (Nos enfants).
  • 1979 : Si je pouvais t'aider.
  • 1979 : Et pourtant dans le monde.
  • 1981 : C’est là.
  • 1982 : Moustaki et Flairck.
  • 1984 : Pornographie.
  • 1986 : Joujou.
  • 1992 : Méditerranéen.
  • 1993 : Lo Straniero (Compilation en italien).
  • 1996 : Tout reste à dire.
  • 2003 : Odéon.
  • 2005 : Vagabond.
  • 2008 : Solitaire (avec un dvd).

En concert

  • 1970 : Bobino 70 — Le temps de vivre.
  • 1973 : Concert.
  • 1975 : Live.
  • 1978 : Olympia.
  • 1988 : Au Déjazet.
  • 2001 : Olympia 2000.
  • 2002 : Presque en solo - Live à la Philharmonie de Berlin (Troubadour Records).
  • 2008 : À Montréal.
  • 2015 : En live au Troubadour Festival 1995 (Troubadour Records ; seulement en téléchargement).

Doubles albums sauf le premier

Principales compilations

  • 1989 : Ballades en balade (coffret 4 CD, 87 titres, avec les paroles des chansons).
  • 2002 : Tout Moustaki ou presque… (coffret 10 CD, 222 titres dont plusieurs inédits de 1960, avec les paroles des chansons sur chaque CD et un livret de 84 pages).
  • 2006 : Gold (double CD, 45 titres).
  • 2007 : Les 50 plus belles chansons de Georges Moustaki (coffret 3 CD).
  • 2012 : 4 albums originaux (coffret 4 CD contenant Le métèque, Il y avait un jardin, Danse et Les amis de Georges).

Compositeur de musiques de films

  • 1962 : Jusqu'au bout du monde, de François Villiers : un instrumental et un titre chanté par Tino Rossi (EP Columbia ESRF 1381).
  • 1963 : Le Roi du village, d’Henri Gruel : un instrumental et Venez les filles, chanté par les Chats sauvages avec Mike Shannon (EP Pathé Marconi EG 659).
  • 1966 : Cécilia, médecin de campagne, série télévisée d'André Michel : deux instrumentaux (EP Ducretet Thomson 460 V 720).
  • 1968 : Les Hors-la-loi, de Tewfik Farès.
  • 1969 : Le Temps de vivre, de Bernard Paul : Le Temps de vivre chanté par Henia Ziv et un instrumental (single Polydor 66 708).
  • 1969 : L'Américain, de Marcel Bozzuffi : Deux instrumentaux (single United Artists / EMI C 006-90521).
  • 1969 : La Fiancée du pirate, de Nelly Kaplan : Moi je me balance chanté par Barbara (single Philips 336 279).
  • 1970 : Le Client de la morte saison de Moshé Mizrahi.
  • 1970 : Solo, de Jean-Pierre Mocky : deux instrumentaux (Polydor 2056 018).
  • 1970 : Le Pistonné, de Claude Berri : trois instrumentaux (EP Barclay 71 435).
  • 1972 : Mendiants et Orgueilleux, de Jacques Poitrenaud : chante les deux morceaux qu’il a aussi écrits, Mendiants et orgueilleux et La blessure (single Polydor 2056 134).
  • 1972 : Le Trèfle à cinq feuilles, d’Edmond Freess : compositeur avec Hubert Rostaing (single Polydor 2056 164).
  • 1979 : Au bout du bout du banc, de Peter Kassovitz : deux instrumentaux (Festival/Musidisc SPX 232).

Collaborations

  • 1979 : La Belle Histoire de l'enfant qui possède tout, d'après le dixième chant du Bhâgavata Purâna, avec, entre autres, le groupe Garana, Patrick Bernard, Christian Chevalier, Rosy Varte (la fermière) et Henri Virlogeux (Kaṁsa), réalisation d'Alain Rémila, album double 33 tours 30 cm, disque Gopal Productions RP104/RP106 : un conteur.
  • La longue Dame Brune, chanté avec Barbara.

Filmographie

Cinéma

  • 1972 : Mendiants et Orgueilleux de Jacques Poitrenaud : Hadjis
  • 2004 : Akoibon d'Édouard Baer : lui-même

Télévision

  • 1981 : Livingstone, téléfilm de Jean Chapot : Livingstone
  • 1990 : Les Mouettes, téléfilm de Jean Chapot : Mathieu
  • 1998 : Le Comte de Monte-Cristo, mini-série de Josée Dayan : l'abbé Faria.
  • 2007 : Navarro, série télévisée, épisode Jour de colère (saison 18, épisode 3) de Philippe Davin : Nourredine

Écrits

  • Georges Moustaki (préf. Jorge Amado), Les Filles de la mémoire (souvenirs), Éditions Calmann-Lévy, (ISBN 2702117708).
  • Georges Moustaki (2 tomes, préf. du tome 1 Jerome Charyn, préf. du tome 2 Frédéric Vitoux), En ballades, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Christian Pirot, (ISBN 978-2868081032 et 978-2868081049).
  • Georges Moustaki, Petite rue des Bouchers, Paris, Éditions de Fallois, (ISBN 978-2877064026).
  • Georges Moustaki, Un chat d'Alexandrie : entretiens avec Marc Legras, Paris, Éditions de Fallois, (ISBN 2-87706-434-4).
  • Georges Moustaki, Marc Legras et Michel Legras, Moustaki, avec Marc Legras : chaque instant est toute une vie..., Asnières-sur-Seine, Éditions du Marque-pages, (ISBN 2-915397-05-8).
  • Georges Moustaki (avant-propos de Robert Solé), Sept contes du pays d'en face, Arles, Actes Sud, coll. « Un endroit où aller », (ISBN 978-2-7427-6014-5).
  • Georges Moustaki, La Sagesse du faiseur de chanson : (mémoires), Jean-Claude Béhar Éditions, (ISBN 978-2-915543-35-3, présentation en ligne).
  • Georges Moustaki (préf. Vincent Delerm), Petit abécédaire d'un amoureux de la chanson, L'Archipel, (ISBN 9782809808865).
  • Georges Moustaki (préf. Georges Brassens), Éphémère éternité : chansons choisies, Paris, Le Cherche midi, (ISBN 978-2-7491-2640-1).

Décorations

  • Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres. Il est fait commandeur le .

Notes et références

Annexes

Bibliographie

  • Louis-Jean Calvet, Georges Moustaki : la ballade du Métèque, Paris, Éditions Fayard, coll. « Chorus », , 353 p. (ISBN 978-2213622996)
  • Cagdas Kahriman, Le Moustaki, Paris, Éditions Mango, coll. « Dada », (ISBN 978-2740419595, présentation en ligne).
  • Cécile Barthélemy, Georges Moustaki, Paris, Éditions Seghers, coll. « Poésie et chansons », (ISBN 2-232-12287-5).
  • Chantal Savenier, Voyage ethnographique au sein d'un lexique chantant — De la symbolique de la femme et de la féminité dans la séduction moustakienne, Les Sentiers Écartés, , 191 p., 14,8 × 21 cm (ISBN 978-2-9533806-0-6).
  • Chantal Savenier, Moustaki, pour que ça ne tombe pas aux oubliettes, Les Sentiers Écartés, , 147 p., 14,8 × 21 cm (ISBN 978-2-9533806-1-3).
  • Sophie Delassein, La Vie avec Moustaki, Éditions du Moment, , 150 p. (ISBN 2354172869).

Articles connexes

Liens externes

  • Ressources relatives aux beaux-arts :
    • Delarge
    • (en + nl) RKDartists
  • Ressources relatives à la musique :
    • AllMusic
    • Bait La Zemer Ha-Ivri
    • BBC Music
    • Carnegie Hall
    • Genius
    • MusicBrainz
    • Muziekweb
    • Taratata
    • (en) Discogs
    • (en) Songkick
  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • Allociné
    • (en) AllMovie
    • (en) Internet Movie Database
  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes : Encyclopædia Britannica • Encyclopædia Universalis • Gran Enciclopèdia Catalana • Munzinger Archiv • Who's Who in France
  • Site officiel
  • « Site des peintures de Georges Moustaki »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?)
  • Moicani, « Georges Moustaki Artiste Peintre » (consulté le 27 décembre)
  • « Hommage à Georges Moustaki », avec chansons en hébreu, sur Kef Israël (consulté le 27 décembre 2018)
  • Portail de la peinture
  • Portail de la France
  • Portail de la musique

Licence Creative Commons Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Georges Moustaki de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Termes associés

Bande dessinée

livres

Afficher "Le Chat du Rabbin - série en cours n° 3 L'Exode"