Horaires

Horaires d'ouverture

Lundi : 14h - 17h
Mercredi : 10h - 12h30 / 14h - 18h
Jeudi : 9h - 12h
Vendredi : 16h - 19h
Samedi : 10h - 12h30 / 14h - 16h *

* Médiathèque fermée samedi après-midi en juin, juillet et août

tel : 02 40 32 63 03
Partager "Horaires" sur facebookPartager "Horaires" sur twitterLien permanent

Partenaires

Le site de la ville

Partager "Logo Mairie" sur facebookPartager "Logo Mairie" sur twitterLien permanent

Partenaires :

Partager "Nos partenaires" sur facebookPartager "Nos partenaires" sur twitterLien permanent
AccueilDernières critiques

Dernières critiques

 

Tous citoyens, tous politiques ! (Sandra Laboucarie)

note: 4Un concentré d'engagement Anaïs - 4 décembre 2017

La politique… pas forcément très attrayant pour les ados… Les médias diffusent bien souvent des meetings, des débats à l’Assemblée Nationale, et peut laisser indifférent ou excluant.
Ce documentaire, à destination des ados (mais aussi des adultes !) est bien construit : il part de questions qu’on peut se poser, puis donne des éléments de réponse, des clés, à l’aide d’illustrations, cartes, références historiques, statistiques et exemples concrets comme des témoignages de personnes impliquées au quotidien.
Il met l’accent sur l’engagement citoyen comme premier pas vers la politique, présente les grands partis politiques et leurs leaders, fait le point sur comment vote-t-on, qu’est-ce que la démocratie et présente les projets auxquels un adolescent peut participer pour faire entendre sa voix.
Le bonus à la fin de l’ouvrage : des sites internet, livres et films pour approfondir ses connaissances sur le sujet et éveiller son sens critique.
Un livre accessible et clair, à mettre entre toutes les mains pour devenir un citoyen averti et prendre pleinement part à la « vie de la cité » (au sens grec du terme) !

Betty Boob (Julie Rocheleau)

note: 4Un magnifique album sur un sujet difficile jerome - 8 novembre 2017

J’avais découvert le talent de Julie Rocheleau avec l’excellente série « La Colère de Fantômas » scénarisée par Olivier Bocquet et j’étais donc assez impatient de retrouver son coup de crayon si singulier. C’est cette fois-ci sur un scénario de Vero Cazot qu’elle laisse libre court à son savoir-faire et c’est de nouveau plus qu’une réussite !

« Betty Boob » aborde pourtant le thème difficile du cancer du sein mais de façon intelligente et subtile. Fi d’un pathos qui aurait pu plomber le sujet, Vero Cazot réussit le tour de force de nous faire rire d’un sujet grave et d’une façon plus générale de traiter de la différence et de son acceptation sociale, le tout sans un mot ! Vive la magie des BD muettes quand tout cela est conduit avec brio !

C’est là que le talent de Julie Rocheleau rentre en jeu, il n’y a qu’à voir cette magnifique couverture qui donne le ton. Et la suite n’est pas en reste ! Que se soient les découpages, les trouvailles graphiques pour souligner le propos ou l’expressivité des personnages, tout concourt à une fluidité narrative des plus efficace et ravit nos mirettes ! Et puis quel bonheur de retrouver ce style si particulier de Julie. J’adore son trait et son utilisation et la palette de couleurs qu’elle manie qui donnent à son dessin un style si particulier et une identité graphique reconnaissable au premier coup d’œil.

Bref, c’est une nouvelle fois conquis que je sors de cette lecture que je ne peux que chaudement vous recommander !

Elektro mathematrix (Blanca Li)

note: 5Energie positive au lycée Catherine - 4 novembre 2017

Très talentueux et plein d'énergie, ce film propose de passer une journée en compagnie de jeunes passionnés par la danse, le rap et la musique. C'est une visite très agréable et revigorante d'un lycée bien ancré dans son époque.

Point cardinal (Léonor de Récondo)

note: 5Pour briser le tabou Anaïs - 3 novembre 2017

Laurent est marié, père de 2 ados. Tout irait bien si la femme en lui pouvait s'exprimer pleinement... Car Laurent sait qu'il est une femme, et que son corps d'homme n'est pas en adéquation avec ce qu'il est vraiment. Et il est temps que la femme en lui prenne enfin le dessus…
La délicatesse de l’écriture de l’auteure en fait un roman très touchant sur l’acceptation de soi, l’émancipation et le regard des autres. On suit peu à peu le changement de Laurent en Lauren et comment le vivent les 3 membres de sa famille ainsi que ses collègues. Un livre plein de courage qui traite d'un sujet encore tabou.

Marx et la poupée (Maryam Madjidi)

note: 5Madjidi ou la rage de vivre Catherine - 11 octobre 2017

Un regard acéré sur son environnement depuis l'enfance, des injustices, des cruautés sociopolitiques lourdes de répercussions sur la vie familiale, l'exil, la reconstruction... Un livre à lire sans aucune hésitation et une écriture à apprécier sans modération.

Chaussette (Anne Montel)

note: 4Un album tout en subtilité ! jerome - 5 octobre 2017

Avec "Chaussette" voilà sans doute une de mes meilleures lectures jeunesse de cette année !
Ou comment concilier de façon intelligente et de très belle manière poésie, sentiments, fraîcheur, mais pour traiter d'un sujet toujours difficile à aborder avec les enfants : la mort.

En effet, Loïc Clément a su trouver un angle parfait et subtil pour traiter ce sujet en lui redonnant toute l'humanité et la place qu'il mérite. Car s'il y a bien un truc qui m'énerve dans notre société toujours plus aseptisée c'est cette mise à l'écart grandissante d'un tel sujet... alors qu'il serait plus simple de poser les mots sur quelque chose d’inéluctable ou au moins quelques menus cailloux pour baliser un sentier trop souvent inconnu.

Et c'est très justement ce que réussissent Loïc Clément et Anne Montel avec cet album en trouvant un cadre et des personnages bien campés qui, je pense, parleront à tout le monde. Cette "Chaussette" (Josette "pour de vrai") avec son chien Dagobert sont infiniment attachants et son jeune voisin Merlin qui va faire office de narrateur va nous faire découvrir son quotidien. Ce petit côté "Amélie Poulain" peut-être dû à cette narration en voix off une bonne partie de l'album (j'suis pas plus fan du film que ça, mais c'est du côté "savourer les petits bonheurs du quotidien" dont je veux parler), nous transporte tranquillement jusqu'à ce que ce train train quotidien si bien huilé déraille... Qu'est-ce qui a donc bien pu pousser Chaussette à se comporter de la sorte ??? C'est ce que compte bien découvrir Merlin en allant trouver sa voisine... mais je n'en dévoilerai pas plus de l'histoire pour vous laisser le plaisir de le découvrir par vous même...

En tout cas, voilà un album très réussi, où l'équilibre entre le récit et le dessin est juste, chacun mettant l'autre en valeur. En effet, le dessin simple mais très expressif de Anne Montel rehaussé d'une colorisation dans les tons pastel colle parfaitement à l'histoire que développe Loïc Clément. J'ai beaucoup apprécié le souci du détail dans ses planches ; on y trouve toujours un petit détail qui fait au moins sourire ou qui vous rappelle quelque chose. Mais c'est ce genre de chose qui fait la différence et donne vraiment corps à une BD.

Alors oui, le fond de l'album n'est pas ce qui se fait de plus gai (et encore tout ça n'est que culturel), mais quand on réussit à parler de la mort d'une si belle manière, je ne peux que chaudement recommander la lecture de cet album, tant pour les grands que les petits ; moi je me suis régalé !

La Danseuse (Stephanie Di Giusto)

note: 5une hypnotisante danseuse Anaïs - 26 septembre 2017

Dans ce film historique nous découvrons la vie de Loïe Fuller, pionnière de la danse moderne au début du XXe siècle.
Grâce aux magnifiques costumes, nous revivons la danse hypnotique de Loïe, qui, cachée sous son tissu de soie, les bras prolongés de longues baguettes en bois, réinvente son corps sur scène et émerveille chaque soir un public de plus en plus nombreux. Rien ne semble l'arrêter, ni les efforts physiques qui lui brisent le dos, les bras et les mains, ni les puissants éclairages qui l'aveuglent peu à peu. Mais sa vie sera bouleversée par sa rencontre avec la jeune Isadora Duncan...
Un magnifique film d'époque, pour les amoureux de la danse comme pour les néophytes. La très belle prestation de Soko donne vie à cette danseuse qui est aujourd'hui peu connue du grand public.

Birmanie (Sylvie Brieu)

note: 5Un voyage édifiant dans la société birmane Catherine - 6 septembre 2017

L'auteure a réussi à approcher de nombreuses communautés constitutives de la Birmanie. Ses nombreux contacts nous permettent d'appréhender les relations complexes, souvent violentes entre les peuples malgré une volonté farouche de citoyens de pouvoir vivre en harmonie.

L'anniversaire de Kim Jong-Il (Mélanie Allag)

note: 4Un regard acéré sur la Corée du Nord jerome - 1 septembre 2017

Aurélien Ducoudray et Mélanie Allag signent ici un album fort, touchant et instructif.

C'est à travers le regard du tout jeune Jun Sang, âgé de 8 ans, que l'on va découvrir les coulisses et le quotidien de cette mystérieuse et menaçante Corée du Nord, qui régulièrement fait les gros titres de l'actualité.
Ce jeune garçon, né le même jour que le "père bien aimé" dans le pays où on ne souhaite pas les anniversaires, nous fait découvrir comment la population est dès son plus jeune âge formatée à la "toute-puissante" et "bienveillante" patrie nord-coréenne, face aux "cochons du sud" ou ces "chiens d'américains". Mais la vie de notre jeune Jun Sang qui paraissait toute tracée va finir par sortir de ces rails un brin trop rectilignes pour nous faire découvrir la triste réalité de ce régime, cachée derrière ces images d’Épinal officielles.

Aurélien Ducoudray, armé de sa solide expérience de photographe de presse nous propose encore un album qui fait mouche, appuyé par le trait étonnant de Mélanie Allag que je découvre ici. Son coup de crayon en parfaite adéquation avec le point de vue narratif choisit (celui de ce jeune enfant de 8 ans) sait imposer cette touche de légèreté propre à l'innocence de la jeunesse, tout en faisant ressortir de façon très expressive les travers et exactions de cette dictature.
Au fil des pages, l'expressivité des personnages rehaussé d'un jeu sur les couleurs judicieux nous laisse sans voix face à la stupidité sans nom de ce régime qui écrase et affame son peuple. La prise de conscience progressive de cet état de fait par notre jeune "héros" et les événements qui vont pousser sa famille à fuir sont emmenés progressivement dans une narration impeccable jusqu'à la conclusion intelligente et bien trouvée qu'on nous propose.

Un album brillant et subtil qui s'impose comme un incontournable pour entrapercevoir l'autre côté du miroir de ce régime tyrannique nord coréen.

La Balade de Yaya - série complète n° 1
La Fugue (Golo Zhao)

note: 4une série captivante Anaïs - 29 août 2017

Ce manhua nous emmène en 1937, en Chine, où les Japonais poussent les Chinois à l'exil. Yaya, fille d'un riche commerçant, se perd et va se lier d'amitié avec Tuduo, un orphelin qui survit dans la rue. Les deux enfants se soutiennent alors qu'ils parcourent le pays à la recherche des parents de Yaya, faisant face tant bien que mal aux différents obstacles qui se mettent en travers de leur chemin. Il faut attendre le 9e tome pour connaître le dénouement de cette histoire, où le suspense est présent à chaque fin d'épisode.
Une belle amitié entre deux enfants que tout oppose en apparence. Un magnifique dessin qui atténue le côté tragique du récit.
De quoi ravir les jeunes lecteurs de 8 ans et plus.

La Sonate à Bridgetower (Emmanuel Dongala)

note: 5Un voyage édifiant dans le monde éclairé de la fin du XVIIIe siècle Catherine - 11 août 2017

Emmanuel Dongala nous entraîne dans le sillage du jeune Bridgewater, violoncelliste talentueux de 9 ans. Fils d'un couple mixte (maman polonaise et papa de l'ïle de la Barbade), il fréquente les cours d'Autriche, de France, d'Angleterre et rencontre les intellectuels, les artistes et autres politiques de l'époque. L'émancipation des esclaves, la révolution des idées sont en construction. La musique, omniprésente, rythme les changements de mentalités qui alimentent les débats de l'époque. Magnifiquement écrit et documenté.

L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu - série complète n° 1
Chili con carnage (Paul Salomone)

note: 4Ca sent la poudre et l'aventure ! jerome - 4 juillet 2017

Moi qui suis loin d'être un grand amateur de western j'avoue avoir passé un excellent moment de lecture avec cette série. Comme quoi...

Car le premier tome de cette série est pour moi une vraie réussite : scénario et dessin vous choppent par le colbac et ne vous lâchent pas avant la dernière planche !
Des personnages truculents qui piquent notre curiosité, des rebondissements à foison mêlés de situations cocasses : tout est fait pour nous tenir en haleine ! Je connaissais le sens du récit de Wilfrid Lupano avec "Alim le tanneur", ou plus récemment l'excellente série "Les Vieux Fourneaux" et c'est bien parti pour suivre le même (très bon) chemin !
Quant à Paul Salomone, qu'on découvre avec ce titre, c'est plus qu'une bonne surprise !

Le Grand guide des patiences et réussites (Maguy Ly)

note: 5Des réussites pour les vacances Catherine - 4 juillet 2017

Co-fondatrice de la ludothèque d'Aubervilliers, Maguy Ly vous propose plus d'une centaine de jeux à partir des jeux de 52 ou 32 cartes. Si vous pensiez vous ennuyer pendant vos vacances, c'est raté !

La Variante chilienne (Pierre Raufast)

note: 4Mémoire d'été Anaïs - 4 juillet 2017

Passez l'été avec Pascal le professeur, Margaux l'adolescente et Florin le villageois à la mémoire défaillante. Avec les liens d'amitié qui se nouent, Florin nous dévoile ses souvenirs grâce à des cailloux qu'il met en bocaux, car c'est pour lui la seule manière de se rappeler les choses. Le lecteur se laisse embarquer par diverses anecdotes truculentes pour s'évader hors du quotidien. Qui a dit qu'il n'y a que les enfants qui aiment se faire raconter des histoires ?

Mustang (Deniz Gamze Ergüven)

note: 4Aujourd'hui en Turquie Ana - 1 juillet 2017

En Turquie, de nos jours, 5 soeurs sont privées de liberté au début de l'été pour avoir "frotter leur entrejambe sur la nuque des garçons". Leur maison devient prison... mais les jeunes filles ont de la ressource ! Un magnifique film, assez dur, qui fait prendre du recul sur notre société actuelle, et les grandes différences qu'il peut exister avec la France. A voir !

L'opticien de Lampedusa (Emma-Jane Kirby)

note: 5une belle et grande leçon d'humanité Catherine - 30 mai 2017

Récompensée du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre pour un reportage sur le sauvetage de 47 migrants en Méditerranée, la journaliste de la BBC Emma-Jane Kirby en a tiré ce livre : L’Opticien de Lampedusa. Ce récit haletant vaut autant par la force de son témoignage que pour ses questionnements sur la nature humaine.
Poignant, courageux et beau.

Monstress - série en cours n° 1
L'éveil (Sana Takeda)

note: 4Passionnant et original jerome - 30 mai 2017

"Monstress", c'est avant tout pour moi un graphisme qui tape à l'oeil.. mais pas que...

Imaginez en effet une série mêlant habillement le comics, la dark fantasy, le steampunk et Miyazaki... Amateur des quatre, tout cela pouvait paraître bien ambitieux, et j'avoue qu'il m'aura fallu terminer ma lecture pour en apprécier pleinement la richesse.

Car "Monstress", un peu comme cette créature étrange qui "habite" notre héroïne, demande à se faire apprivoiser. On se retrouve au début largué dans cet univers complexe sans en posséder toutes les clés. Mais en s'accrochant, on finit par en comprendre les subtilités et la force. Marjorie Liu, en tant qu'écrivaine, sait construire un récit et sans pour autant nous prendre par la main, nous conduit là où elle veut, grâce à une intrigue bien ficelée, des personnages intéressants et un décorum d'une grande richesse.

Et puis il y a le dessin de Sana Takeda ! Wow ! Franchement, j'ai vraiment accroché ! Réussir à composer autant d'influences sur la trame que lui a concoctée par Marjorie Liu est déjà assez fort, mais il y a ce petit truc en plus qui fait que la magie opère pour nous proposer un dessin somptueux, complètement au service de ce récit.

A découvrir !

La différence invisible (Mademoiselle Caroline)

note: 4Un témoignage contre les idées reçues Anaïs - 23 mai 2017

Marguerite, 27 ans, ne se sent pas à l’aise au travail ni chez elle avec son copain ou ses voisins. Elle n’aime pas le bruit et a du mal à nouer des liens sociaux. Elle organise ses journées grâce à des rituels immuables. Alors qu’elle n’arrive pas à mettre de mot sur cette différence, elle entend parler d’autisme. A partir de ce moment, tout va changer pour elle : elle sait qu’elle est atteinte du syndrome d’Asperger. Une BD en partie autobiographique qui permet de mieux comprendre ce handicap invisible et de montrer les difficultés que rencontrent ces personnes. Un témoignage nécessaire pour dépasser les préjugés.

Coiffures tressées (Laura Kristine Arnesen)

note: 5Des chevelures en beauté Catherine - 3 mai 2017

Imaginer de nouvelles coiffures, passer de bons moments autour de réalisations originales, mettre en valeur sa chevelure, voici autant de bonnes raisons de feuilleter ce livre riche de belles propositions.

Dark Museum - série en cours n° 1
American gothic (Stéphane Perger)

note: 4L'art revisité... jerome - 2 mai 2017

En voilà une bonne surprise que cette nouvelle série chez Delcourt ! Ce premier tome de "Dark Museum" m'aura en tout cas pleinement convaincu !

Moi qui affectionne l'art et les illustrations, cette idée d'imaginer l'histoire qui se cache derrière un tableau est tout simplement géniale. Et je ne pouvais être mieux servi que par ce premier opus basé sur la tableau "American gothic" de Grant Wood qui m'a toujours impressionné depuis que je l'ai découvert. L'autre point fort de cette série c'est que chaque tome propose une histoire complète et peut donc se lire indépendamment.

Gihef et Didier Alcante ont tout simplement trouvé LA bonne idée, LA bonne histoire, avec toute la noirceur et la rancœur que m'ont toujours inspiré les deux personnages de ce tableau. Et le coup de crayon de Stephane Perger ainsi que sa magnifique mise en couleur à l'aquarelle donnent toute la force et le saignant imaginé par notre duo de scénariste. Certaines planches sont tout bonnement magnifiques malgré l'horreur représentée...

Avec une telle version, l'histoire de l'art n'aura bientôt plus de secrets pour personne :p

Article 353 du code pénal (Tanguy Viel)

note: 4Attention aux promesses non tenues... Anaïs - 2 mai 2017

A Brest, Martial Kermeur a jeté à la mer Antoine Lazenec, promoteur immobilier. Devant le juge, il raconte son histoire depuis le début. Une confession qui en dit long sur l'escroquerie dont il a été victime, et les dégâts provoqués.
Une fois commencé, on ne lâche plus ce roman au style très éloigné d'un ouvrage de droit, comme son titre pourrait prétendre.

Harmony - série en cours n° 1
Memento (Mathieu Reynès)

note: 4Du mystèrieux comme je l'aime ! jerome - 5 avril 2017

Mathieu Reynès se la joue en solo avec cette nouvelle série fantastique, et ma foi cela lui réussit plutôt très bien. J'avais déjà apprécié son talent dans "La Mémoire de l'eau" et "La Peur Géante" où il se contentait du dessin, et c'est encore dans un registre différent qu'il s'illustre cette fois-ci au dessin et au scénario.

"Harmony" nous propulse dans la vie d'une jeune ado paumée qui se réveille sans aucun souvenir. Enlevée ? Séquestrée ? Malade ? C'est petit à petit que les écheveaux de ce mystère vont se démêler... tout en complexifiant le scénario au fil des deux albums parus à ce jour.
C'est franchement prenant, la tension narrative est des plus efficace et j'ai dévoré ces deux tomes ! Le dessin dynamique et semi-réaliste de Mathieu Reynès fait merveille et ses découpages bien sentis donnent au récit toute la vigueur nécessaire à ce genre d'histoire.

Alors, en attendant de voir comment tout cela se finira, je ne peux pour l'instant que vous conseiller la lecture de cette série qui a démarré sur les chapeaux de roue !

Rouge (Michel Pastoureau)

note: 5un livre à déguster comme une cerise - rouge - sur le gâteau Catherine - 5 avril 2017

Michel Pastoureau nous fait partager plus de trente ans de ses recherches sur cette couleur, qui avec le noir et le blanc, figure comme une des plus anciennes utilisées dans notre culture occidentale. Appréhender le rouge, c'est interroger l'art, la symbolique, la langue, et tous ces aspects de la culture qui participent à la construction sociale. Passionnant.

Dis, c'était comment avant ? (Sandrine Verspieren-Couprie)

note: 4Nostalgie quand tu nous tiens... Anaïs - 4 avril 2017

Ce documentaire explique de manière claire le quotidien des années 1950/60 : musique, alimentation, mode, vacances,... Les enfants peuvent ainsi découvrir comment on vivait il y a quelques décennies.
Ce livre est aussi idéal pour les adultes qui veulent se replonger dans leur jeunesse. Anecdotes et nombreux clichés jalonnent l'ouvrage, permettant une identification plus aisée du mode du sujet évoqué.
Un vrai trésor !

Premiers hommes (Pascal Picq)

note: 5il était une fois, la nuit des temps... Catherine - 9 mars 2017

Cette plongée vertigineuse parmi nos très lointains ancêtres est extrêmement passionnante. Se promener quelques millions d'années parmi les Hominoïdes, puis plus récemment parmi les Hominidés nous laisse entrevoir notre cousinage avec les grands singes. Les différentes espèces que nous côtoyons aujourd'hui résultent d'une invraisemblable histoire d'adaptation à notre environnement, à nos modes de vie qui évoluent sans cesse. Déroutant ? Non, tout simplement une très intéressante remise à plat de notre histoire ancienne, en tenant compte des dernières découvertes scientifiques.

Tomboy (Céline Sciamma)

note: 5L'identité questionnée Anaïs - 6 mars 2017

Laure, dix ans, garçon manqué, s’installe à Paris avec sa famille. Elle rencontre Lisa, qui la prend pour un garçon. Laure joue le jeu et devient Mickael. « Il » fait tout pour maintenir son identité masculine, jusqu’à embrasser Lisa, amoureuse de ce garçon étrange. Mais la vérité finit toujours par être dévoilée...
Un magnifique film sur le rapport au corps, l’identité sexuelle et le genre, dont les frontières sont très poreuses durant l’enfance. La jeune actrice est remarquable. Un film touchant et juste.

Shangri-La (Mathieu Bablet)

note: 5De la très grande SF ! jerome - 18 février 2017

Ahhh ba voilà ! Ça fait plaisir de tomber sur un aussi bon album de SF !

J'avais découvert Mathieu Bablet par le biais de la série "Doggy bags" également éditée chez Ankama, et j'avais déjà fort apprécié son travail ainsi que son coup de crayon si particulier. Certains lui reprocheront ses personnages un peu taillés à coup de serpe, mais moi j'aime bien ce côté singulier qui donne de la personnalité à son dessin. Surtout qu'ici, ses personnages évoluent dans des décors magnifiques qui donnent toute l'ampleur nécessaire à son récit.

Car oui, Mathieu Bablet nous sort ici le grand jeu pour un récit de science fiction qui ne ferait pas rougir les plus grands du genre. Et malgré quelques menus défauts qu'on pourra qualifier de jeunesse, cet album est une vrai réussite ! Oui, certains aspects de son scénarios peuvent sembler un peu trop appuyés par moment (je pense ici au côté société de (sur)consommation surtout), mais le reste est tellement bien construit qu'on oublie rapidement ces quelques aspérités.
J'ai pour ma part dévoré cet album et avalé ces 220 pages d'une traite ! Avec maintenant une seule envie, replonger dedans pour en apprécier les subtilités. Un album qui m'a par ailleurs rappeler un roman de Alain Damasio, "La zone du dehors", pour sa très bonne réflexion sur la révolte, la rébellion et jusqu'où l'engagement contestataire peut conduire, avec les manipulations politiques et les récupérations possibles.

Shangri-La constitue pour tout cela un des meilleur album SF qu'il m'est été donné de lire cette année. Un album à lire pour tout amateur du genre qui se respecte !

Monsieur Origami (Jean-Marc Ceci)

note: 5un temps de lecture en suspension Catherine - 8 février 2017

Avec ce premier roman, l'auteur nous invite à explorer le sens de la vie et le rythme du temps qui passe. La passion du personnage principal pour l'origami nous fait découvrir une facette de la culture japonaise autour de l'importance du papier sous différentes formes. L'histoire du Japon est abordée en filigrane... Beau texte à lire en prenant son temps.

Les brumes de Sapa (Lolita Séchan)

note: 4Une rencontre riche et subtile jerome - 7 février 2017

Voilà un album qui tout comme notre jeune protagoniste vietnamienne se laisse apprivoiser lentement mais surement.

"J'étais partie me chercher et je l'ai trouvé elle" : voilà la phrase qui résume parfaitement ce parcours de vie. Lolita, jeune parisienne de 22 ans, ne sait pas quoi faire de sa vie et décide de faire un voyage au Vietnam pour tenter de donner un sens à sa vie et de se trouver. C'est à cette occasion qu'elle va faire la rencontre de Lo Thi Gôm, une jeune vietnamienne issue d'une des minorités opprimées du pays. Tout les oppose, mais pourtant cette rencontre va être le point de départ d'une relation durable qui va mine de rien changer la vie de chacune de ces jeunes femmes.

Appuyé sur un dessin assez minimaliste, tout au trait, sans couleur ni aucune case, le récit de la vie de Lolita et de ses allers-retours au Vietnam pendant dix années a fini par accaparer ma curiosité et mon intérêt. Ces deux destins emplis d'incertitudes, mais pour des raisons complètement différentes, se retrouvent liés de façon improbable que ce soit de par leurs relations amoureuses ou leurs parents. A ce sujet, l'album a d'ailleurs pris un éclairage encore différent quand, rendu aux trois quart de sa lecture, j'ai réalisé qui en était "véritablement" l'auteure ; la quête identitaire, moteur de cette BD, prend alors une nouvelle dimension.

Alors, si quelques menues longueurs peuvent se ressentir à sa lecture (vite oubliées par ailleurs), cette BD reste des plus agréable à lire grâce à la qualité de la retranscription des questionnements et des rencontres proposés, tout cela dans un style graphique épuré qui colle parfaitement au récit.
Je recommande !

Photoschopées (David Groison)

note: 5La manipulation par l'image Anaïs - 2 février 2017

Un petit documentaire très bien fait, accessible aux ados, qui met en garde sur la retouche d'images. En effet, au XXIe siècle, l'image est reine, elle est partout, tout le temps. Mais il faut savoir que les images sont facilement manipulables, surtout de nos jours, avec des logiciels informatiques de plus en plus performants.
On découvre au fil des pages comment on peut manipuler en enlevant une personne, en modifiant des détails, en recadrant, etc. Le sens est alors complètement différent.
Ce livre est parfait pour aiguiser son sens critique et sans cesse se questionner et vérifier les sources des informations qu'on nous donne.

Une enquête de la police des rennes n° 3
La Montagne rouge (Olivier Truc)

note: 5L'os de la quête des origines Catherine - 10 janvier 2017

Pour cette troisième enquête de la police des rennes, Klemet et Nina auront à résoudre une énigme qui va bien au-delà d'une simple rivalité entre éleveurs de rennes et forestiers. Une aventure passionnante à lire au creux de l'hiver bien au chaud sous sa polaire...

Traquemage - Série complète n° 1
Le Serment des Pécadous (Relom)

note: 4Vous avez dit Rural Fantasy ? jerome - 6 janvier 2017

Avec "Traquemage", Lupano et Relom nous la jouent pizza trois fromages !

Prenez une belle pâte prête à modeler en la personne de Pistolin, notre berger aspirant chevalier (bon, ok, y'a du boulot...), une bique acidulée répondant au nom de Myrtille et ajoutez une fée plus Pochette que Clochette tant son penchant pour la boutanche la rend ridiculement efficiente. Saupoudrez de hordes de monstres à la solde de sorciers se livrant bataille sans se soucier le moins du monde du reste du monde. Touillez très fort, et n'oubliez surtout pas une laaaarge rasade d'humour pour pimenter le tout ! Y'a plus qu'à enfourner et servir chaud !

Ce savant mélange labellisé "Rural Fantasy", s'il peut paraître surprenant expliqué comme ça se laisse plutôt bien digérer à la lecture. Cela tient en grande partie à la brochette des personnages plutôt truculents imaginés par Lupano qui évoluent dans un univers bien pensé ; ajoutez à cela son sens du dialogue bien rôdé et vous avez tout pour passer un très bon moment de lecture.
Surtout que tout cela est très bien mis en image par Relom dont je ne connaissais pas le travail. Son trait précis et son sens du détail dans les décors donnent à cette aventure foutraque l'élan et la subtilité nécessaire pour que la farce prenne et donne corps à cette recette improbable.

Reste à voir ce que la suite de cette série donnera après un démarrage sur les chapeaux de roue !

Bots - série en cours n° 1
Bots (Steve Baker)

note: 4Des robots, encore des robots, toujours des robots ! jerome - 6 janvier 2017

C'est un peu par hasard que je suis tombé sur cette BD chez mon libraire en cherchant quelques nouveautés du côté des ados. C’est d’abord la couverture qui m’a fait de l’œil, puis le nom D’Aurélien Ducoudray au scénario qui m’a décidé (j’ai un petit faible pour ses scénarios :p ).
Et j’ai bien fait ! Car derrière ces allures de BD pour jeunes enfants, on a là une BD parfaitement calibrée pour les ados (voire les éternels ados qu’on reste…), surtout quand on aime la SF !!!

C’est pep’s, drôle et très bien rythmé, si bien qu’on se laisse rapidement embarquer dans cette histoire de bots qui ont supplantés l’espèce humaine qu’ils ne connaissent même plus… Sauf que voilà, il semblerait que celle-ci ne soit pas encore tout à fait éteinte malgré la guerre éternelle qui semble se perpétuer… J’ai beaucoup apprécié le jeu des dialogues parsemé de jeu de mots et de références (qui donnent d’ailleurs plusieurs niveaux de lecture, à la façon dessin animé, où seuls les adultes comprendront les références glissées). Dialogues qui prendront d’ailleurs parfois forme d’onomatopées ou de pictogrammes pour notre plus grand plaisir.

Surtout que le dessin de Steve Baker impose une ambiance que j’ai trouvé juste parfaite. Son trait dynamique, la diversité de ses bots donne vie à cet univers numérique et mécanique qu’on découvre au fil des pages.

Bref, une très bonne surprise, qui ne demande qu’une suite rapide !!!

Wonder (Elodie Durand)

note: 4Mai 68 : tout semble possible... jerome - 6 janvier 2017

François Bégaudeau et Élodie Durand nous livrent avec "Wonder" un album assez surprenant, tant par la forme que par la façon d'aborder mai 68.

C'est au travers du regard de Renée, jeune ouvrière à l'usine de piles Wonder que nos auteurs vont poser leur regard et nous faire partager sa progressive émancipation. Sans s’attarder plus que ça sur les événements, les manifs et les aspects politiques de ce moment historique, c'est plus sur les enchainements inopinés dans le quotidien de la jeune femme qu'on va ressentir et partager son cheminement progressif vers ses nouveaux choix de vie. Elle va en effet se voir entraîner dans tout ça un peu de façon imprévue et côtoyer des gens qu'elle n'aurait jamais rencontrés si mai 68 n'était pas passé par là.

C'est fin, subtil, tant dans la narration que dans le traitement graphique soigné d'Elodie Durand. On se laisse tranquillement embarquer, comme notre jeune "héroïne" rebaptisée Wonder par ses compagnons d'émancipation, et tout comme elle, on passe de cette vie toute tracée, morose et noire, à une vie où tout semble possible et à conquérir. Les découpages et les partis pris de la colorisation donnent à cet album toute la force nécessaire pour soutenir pleinement ce récit avec une originalité des plus appréciable.

The time before (Cyril Bonin)

note: 4Et si vous pouviez remonter dans le temps ??? jerome - 6 janvier 2017

Avec "The Time before", Cyril Bonin nous propose de revisiter un classique du genre : pouvoir maitriser le temps. Ici, non point de voyage à travers les grandes périodes de l'histoire, mais juste de quoi accommoder son quotidien pour parfaire son existence. On a tous à un moment donné regretté un choix ou un événement ; ici notre photographe va savamment utilisé le talisman qu'il aura reçu pour corriger ses erreurs et ainsi réussir sa vie.

Ça parait tout couillon raconté comme ça, mais loin d'un sensationnalisme qui aurait certainement voué ce one shot aux oubliettes, le talent de Cyril Bonin (ici au scénario et au dessin) réussit à nous faire passer un très bon moment de lecture grâce à un savant dosage du fantastique et une narration efficace. De plus, son trait colle parfaitement à l'ambiance et sa colorisation des plus réussie finit de donner à l'ensemble la cohérence nécessaire pour la réussite de cet album.

Un très bon moment de lecture, très agréable à l’œil en prime, ce qui ne gâche rien ! A découvrir !

Alice Matheson - série en cours n° 1
Jour Z (Philippe Vandaële)

note: 4Un thriller où les zombies s'invitent ! jerome - 6 janvier 2017

Encore une BD sur les zombies me direz-vous... oui, mais là, le mélange des genres est plutôt réussit ! Car ce thriller prenant place dans un hôpital londonien va vite sortir de son cadre quand notre jeune protagoniste va commencer à voir se relever les patients qu'elle assassine...

Much loved (Nabil Ayouch)

note: 4Un film fort Anaïs - 4 janvier 2017

Maroc, de nos jours. Nous partageons le quotidien de prostituées qui vivent d’amours tarifées très différentes, entre réseaux européens et saoudiens. Tantôt joyeuses et complices, tantôt tristes car rejetées, ce film pointe du doigt une société qui les utilise mais les condamne en même temps. Entre violence, misère et tendresse, un très beau film sur un problème social souvent tabou et de beaux portraits de femmes.

No Body - Saison 1 complète - Série en cours n° 1
Soldat inconnu (Christian de Metter)

note: 4Le thriller de l'hiver ! jerome - 2 décembre 2016

Voilà une BD qui m'a vraiment accroché ! D’emblée j'ai été scotché par cet album vraiment bien fichu !

De Metter nous immerge très rapidement dans ce thriller construit à la manière d’une série télévisée. En fait, il compte réaliser des saisons sans personnages récurrents. Ce premier volume sera suivi de trois autres pour composer la première saison. Trois autres saisons suivront avec des contextes et des protagonistes totalement différents.

Dans ce premier tome, on est tout de suite saisi au colback grâce à un personnage principal qui a de la gueule, une psychologue qui m'a doucement fait penser à la jeune Clarice Starling du "Silence des Agneaux" et une plongée en flashback dans l’Amérique de la fin des années 60. Tout ça s'enchaîne parfaitement et on est très rapidement plongé dans cette histoire où tout semble être construit et tourner autour de l'identité, des apparences, la confiance, la trahison et la disparition.
Je ne vous en dirais pas plus sur l'histoire pour vous laisser le plaisir de la découverte totale qui fait la saveur du genre, mais pour ce qui me concerne j'ai vraiment hâte de lire la suite.
Surtout que côté graphique, le style très personnel de De Metter qui peut surprendre au début, m'est de plus en plus agréable à l’œil et colle parfaitement à ce récit noir et très bien structuré.

Un des meilleur thriller en BD lu ces derniers temps, en espérant que la suite soit du même tenant !

Les Étoiles s'éteignent à l'aube (Richard Wagamese)

note: 5Epoustouflant ! Catherine - 30 novembre 2016

Un roman puissant mais tout en retenue.
Un roman de confrontation entre un fils et son père pour comprendre d'où on vient, pourquoi une situation d'abandon, un roman de questionnement sur les questions identitaires individuelles et collectives. Un roman qui petit à petit conduit à un apaisement salutaire. Saisissant et magnifique.

Journal d'un vampire en pyjama (Mathias Malzieu)

note: 4Anti-dépresseur ! Anaïs - 30 novembre 2016

Mathias Malzieu, leader du groupe Dionysos, après avoir fini un tournage, s’est senti fatigué. Après des examens, le verdict tombe : il est atteint d’aplasie médullaire idiopathique, maladie de la moelle osseuse. Un long processus de lutte contre la mort débute pour lui. Ce livre est le journal de bord de sa maladie. Et malgré le thème abordé, l’écriture n’est pas glauque, ni déprimante, ni trop pleine de pathos. Au contraire, Mathias Malzieu déploie dans ce livre mi-roman mi-témoignage, sa poésie et son optimisme débordant et donne une leçon d’espoir à tous grâce à son don pour voir le monde à travers le filtre magique de l’imagination. De quoi vous redonner de l’énergie !

La part d'ombre de l'être aimé (Pierre Sorin)

note: 4La vie locale au passé Catherine - 4 novembre 2016

Ce roman est un fourmillement d'informations sur la deuxième guerre mondiale dans les environs de Bouaye, La Montagne, Rezé,...
Revisitez le passé local dans ce premier roman de Pierre Sorin !

Billy Brouillard n° 1 (Guillaume Bianco)

note: 5Un univers sans pareil ! jerome - 3 novembre 2016

Avec cette collection "Métamorphose", Soleil m'a littéralement conquis. L'objet en lui-même est déjà une réussite. Un format non formaté justement ; un air de vieux bouquin qui colle à merveille à l'univers de Guillaume Bianco ; un one-shot qui n'est pas avare de planches, où viennent se mêler des pages du journal de Billy, de fausses pages de journal, des poèmes illustrés...
Bref, au final, cette BD est un véritable coffre à bijoux, aux éclats "Burtoniens", mais qui a su composer un univers personnel. Non, nous ne sommes pas dans la pâle copie. On est chez Billy. Après être allé trifouiller du côté de chez la Faucheuse, Billy s’en vient tirer la barbichette à nos croyances, et plus particulièrement à celle du Père Noël…

Un grand merci donc à Mr Guillaume Bianco pour ces purs moments d'évasion et la qualité de son travail. Car c'est vraiment l'originalité et son coup de patte si personnel qui forgent ce résultat si déroutant et percutant.

Les contes défaits (Oscar Lalo)

note: 4L'enfance brisée Anaïs - 2 novembre 2016

L’enfance est l’âge des contes de fées. Mais pas pour tous les enfants. Certains ne pourront pas grandir car traumatisés dès leur plus jeune âge. Oscar Lalo s’empare d’un sujet difficile (les abus envers des mineurs) mais dans une écriture magnifique, tout en douceur même si la profonde souffrance est bien visible. Un premier roman très fort.

Les disparus du phare (Peter May)

note: 5Piqûre de rappel Catherine - 5 octobre 2016

Un éblouissant roman de Peter May.
De retour sur l'île de Lewis, cette intrigue sur l'amnésie soudaine du personnage principal de cette histoire en cache une bien plus terrifiante et tellement contemporaine, où il y est question des enjeux liés à la protection des abeilles.

Piège nuptial (Christian de Metter)

note: 4Une bonne adaptation jerome - 4 octobre 2016

Avec Shutter Island, "Piège nuptial" est sans doute une des meilleures adaptations de la collection Rivages Noir de chez Casterman. Mon seul regret concernant cette adaptation du roman de Douglas Kennedy, c'est qu'ils n'aient pas repris le titre d'origine, 'Cul de sac' que je trouvais beaucoup plus pertinent et mystérieux que ce "Piège nuptial" que je trouve un peu trop bavard...
Sorti de cette remarque, l’adaptation est très fidèle. Christian De Metter a parfaitement saisi l’essence de ce polar pour nous en restituer l’ambiance pesante et écrasante. Car entre ce décor du désert australien et les personnages tous plus tarés les uns que les autres cloitrés dans ce coin paumé, on ne sait pas qui est le plus plombant. Et c’est dans ce merdier sans nom que Nick, touriste américain, va venir s’enliser…
Car il est vraiment mal barré notre Nick, et on se demande vraiment comment il va faire pour s’en sortir. C’est toute cette angoisse qui est parfaitement rendue par le dessin et la mise en couleur talentueuse de De Metter. On a mal pour lui, on sue à grosses gouttes pour lui et on s’accroche au récit comme lui à l’infime espoir qui le maintien en vie pour espérer sauver sa peau.
Une très bonne adaptation dont je conseille chaudement, Australie oblige, la lecture, un petit rafraichissement à portée de main.

Et je danse, aussi (Anne-Laure Bondoux)

note: 4Un écrivain, une lectrice, une rencontre Anaïs - 4 octobre 2016

Tout semble opposer Pierre-Marie, romancier à succès, à Adeline Parmelan, lectrice « grande, grosse, brune ». Lorsque celle-ci dépose un paquet chez l’écrivain, elle lui envoie aussitôt un email lui demandant de ne finalement pas l’ouvrir. Peu à peu, la correspondance naît, les échanges se font quotidiens, et ils deviennent vite indispensables l’un à l’autre. Un roman épistolaire du XXIe siècle, qui donne le sourire et remonte le moral !

Ô vous, frères humains (Luz)

note: 4Une grande adaptation ! jerome - 3 septembre 2016

Avec cette adaptation de "Ô vous, frères humains" d'Albert Cohen, Luz nous en met plein la tronche. Car ce texte édité en 1972 nous racontant la très brutale expérience de l'auteur avec l'antisémitisme le jour de ses dix ans, est malheureusement toujours d'actualité...

C'est avec un trait très personnel, tout en noir et blanc, articulé autour d'une mise en page des plus somptueuse que Luz s'approprie le texte d'Albert Cohen. Il le fait si bien qu'il se contente juste de quelques mots de ci, de là, eux aussi déformés graphiquement pour encore mieux accentuer son propos. Plus besoin de texte pour souligner la bêtise, la violence et le mal qui découlent de ce racisme primaire, ils s'imposent d'eux même sur chaque page en écrasant ce pauvre Albert de dix ans qui prend conscience pour la première fois de sa vie de la haine.

Choix audacieux mais judicieux que celui de faire abstraction du texte pour mieux nous talocher et nous faire pleinement ressentir ce que cet enfant vient de subir. Ses compositions de planches arrachant un faux air de Sempé torturé sont d'une efficacité redoutable et accentuent d'autant plus le texte d'Albert Cohen qui clôt cet ouvrage et que reprend pour le coup mot pour mot Luz. C'est simple, mais d'une force singulière.

Je ne peux donc qu'en conseiller fortement la lecture !

Anim'os (Florence Guiraud)

note: 5Derrière les rabats, de magnifiques squelettes ! Catherine - 3 septembre 2016

Un documentaire de plus sur les animaux ? Oui ! mais quel documentaire !!! Vous pouvez maintenant tout savoir sur l'ossature des félins, celle de votre chat préféré, ou encore de la girafe, du kangourou, etc. Ce livre fragile de manipulation se prête mais se demande à l'accueil de la médiathèque.

Le Rapport de Brodeck - Série complète n° 1
L'autre (Manu Larcenet)

note: 5Un bijou terrifiant... Jérôme - 2 septembre 2016

Encore une fois, Manu Larcenet place la barre très haute avec cette adaptation du roman de Philippe Claudel.
Au sortir de « Blast » on aurait pu se dire qu’il allait être dur de coucher sur le papier quelque chose d’aussi efficace et magnifique, mais il faut croire que ce texte était fait pour Larcenet et son noir et blanc. Car à bien y réfléchir on y retrouve la plupart des thèmes de prédilection traités dans Blast : les exclus, la folie, la survie, la lâcheté, le meurtre, la nature, l’art, le mensonge …
Tout autant de thèmes qu’on retrouve, par un biais différent, mais toujours avec la même force que lui confère son dessin qui balance entre l’impressionisme et l’hyperréalisme. Cette technique lui permet d’imposer ces ambiances si singulières : très éthérées, à la limite du magique quand il s’agit de dépeindre cette nature majestueuse ; très lourde au contraire dans les relations humaines. Et puis viennent les soldats… Quelle force graphique dans cette représentation !!! C’est juste énorme de justesse. Ce côté monstrueux rendu au final de façon simple mais tellement évocatrice ! La monstruosité universelle de l’espèce humaine trouve son incarnation dans ces créatures plus proches de l’ogre que de l’homme et nous fait prendre la mesure terrifiante de ce dont nous sommes capables.

En fin de droits (Yvon Le Men)

note: 4Et la dure réalité s'allège en poésie Anaïs - 31 août 2016

Yvon Le Men est poète et aime déclamer ses œuvres devant des publics différents (bibliothèques, festivals,…). Il est considéré comme intermittent du spectacle. Mais un jour, Pôle Emploi le radie et lui demande la restitution d’un trop-perçu d’indemnités. Il décide d’attaquer l’administration en justice, devant une situation qu’il juge absurde. Il nous livre dans son récit poétique son appel au secours, se faisant porte-parole de nombreux artistes dans le même cas que lui, mettant l’accent sur la crise actuelle que traverse la culture. Malgré tout, Yvon Le Men garde son humour et sa verve caractéristique. L’ouvrage contient des illustrations de PEF, son ami de toujours.
Un livre bien ancré dans la réalité, qui se lit comme une lettre. L’auteur rend les situations difficiles moins pesantes grâce à la poésie.