Horaires

Horaires d'ouverture

Lundi : 14h - 17h
Mercredi : 10h - 12h30 / 14h - 18h
Jeudi : 9h - 12h
Vendredi : 16h - 19h
Samedi : 10h - 12h30 / 14h - 16h *

* Médiathèque fermée samedi après-midi en juin, juillet et août

tel : 02 40 32 63 03
Partager "Horaires" sur facebookPartager "Horaires" sur twitterLien permanent

Partenaires

Le site de la ville

Partager "Logo Mairie" sur facebookPartager "Logo Mairie" sur twitterLien permanent

Partenaires :

Partager "Nos partenaires" sur facebookPartager "Nos partenaires" sur twitterLien permanent
AccueilDernières critiques

Dernières critiques

 

Les cuistots migrateurs (Étiennette Savart)

note: 5Savoureux ! Catherine - 10 mars 2020

Rejoignons ces réfugiés et découvrons leurs plats préférés en provenance d'Ethiopie, de Syrie, du Népal... A nos casseroles : de belles dégustations en perspective...

Dracula (Georges Bess)

note: 5Sublime ! jerome - 6 mars 2020

Quel régal ! Si certaines adaptations laissent parfois un goût amer ou insipide, rien de tout cela ici !

Il faut dire aussi que les prémices de la littérature fantastique produits par Edgar Poe ou Bram Stoker ont ravi mes nuits de jeune lecteur et ont forgé mon engouement pour le genre. Ajoutez à cette adaptation un noir et blanc somptueux et totalement maîtrisé, et là moi je dis chapeau bas monsieur Bess !
C'est avec Le Lama blanc et Juan Solo que j'avais déjà pu apprécier le talent de cet auteur ; mais là, on passe au niveau supérieur ! High level même ! Que ce soit au niveau de l'adaptation très fidèle au texte de Stoker tout en parvenant à conserver une fluidité de narration impressionnante ou le découpage talentueux qu'il nous propose, rien n'est à jeter ! Ces planches mes amis ! Bess s'amuse avec ses cases, quitte à en sortir, il marie un réalisme saisissant et des décors parfois très impressionnistes un peu à la façon d'un Sergio Toppi tout en gardant son style propre. On est littéralement happé par cet album, comme hypnotisé par ce bon vieux roublard de Dracula.

Alors pas d'hésitation, cet album est une pure merveille graphique et une adaptation des plus réussies.

Le ciel par-dessus le toit (Nathacha Appanah)

note: 4Un roman très poétique Anaïs - 4 mars 2020

Un jeune homme de 17 ans un peu désorienté quitte la maison où il vit avec sa mère pour retrouver sa sœur. Il roule à contre-sens et provoque un accident. Direction la prison.
On revient sur l’enfance des 3 personnages, les drames familiaux, la jeunesse brisée, la souffrance qui se transmet de génération en génération, la difficile communication entre eux.
Sous la plume triste et douce de l'auteure mauricienne, ce court conte de fées contemporain et poétique est envoûtant.

La Cathédrale des Abymes - série en cours n° 1
L'évangile d'Ariathie (Sébastien Grenier)

note: 4Un monument ! :) jerome - 27 février 2020

En voilà une bonne surprise ! Voilà longtemps qu’un album de fantasy ne m’avait pas autant enthousiasmé. Car ce premier tome scénarisé par Jean-Luc Istin et dessiné par Sébastien Grenier est plus que prometteur pour la suite de la série.

Tout d’abord, mention spéciale au dessin qui m’a fait penser à un doux mélange entre Civiello et Gimenez. Un coup de patte très réaliste mais aussi très pictural qui donne toute sa patine à l’album et colle parfaitement au récit proposé. Ajoutez des couleurs très contrastées marquant parfaitement les différentes ambiances des décors variés que nos protagonistes vont traverser et nous sommes bons pour en prendre plein les yeux ! Chaque case fourmille de détails, que ce soit dans l’architecture, les paysages ou encore les costumes, nous immergeant rapidement dans cet univers particulier. On a envie de voir les originaux pour en apprécier vraiment le travail et les textures.

Car si ce premier tome n’est qu’introductif, nous en apprenons déjà beaucoup sur ce monde coupé en deux par cette faille gigantesque. Certains rêvent de réunifier les deux empires qui la bordent, mais leurs motivations divergent, même s’il est forcément question de pouvoir… Et c’est au milieu de cet écheveau que vont évoluer tant bien que mal nos deux personnages principaux. D’un côté Lorien, jeune orpheline devenue Templier (pourtant un ordre guerrier réservé aux hommes) et Pier de la Vita, le maître d’œuvre de la grande cathédrale censée permettre la réunification des deux royaumes. Bien évidemment, pour eux rien ne se passera comme prévu…

Un très bon début de série que les amateurs de fantasy ne pourront qu’apprécier !

Les tableaux de l'ombre (Jean Dytar)

note: 4petit chef d'oeuvre pour petits et grands ! jerome - 25 février 2020

C'est avec l'excellentissime précédent album "Florida" que j'avais découvert le travail de Jean Dytar l'an passé. Et voilà que je le vois revenir avec un travail de commande émanant du musée du Louvre... J'étais assez curieux de voir comment il allait s'en sortir avec cet exercice où peu sortent par la grande porte à mon goût tant il est facile de tomber dans quelque chose d'assez plat ou d'artificiel.

Ici rien de tout ça ! Si le début de l'album met un peu de temps à s'installer, la suite déroule en finesse en jouant sur tout un tas de petites idées très malines et de clins d’œils pertinents qui m'ont bloqués un petit sourire en coin tout au long de ma lecture.
Si Dytar connait ses classiques, on sent qu'il vit aussi avec son temps et qu'il s'amuse pour notre plus grand plaisir à faire se télescoper les deux ; tout le monde y trouvera son compte et cet album tout public contentera aussi bien à mon avis les adultes qui s'amuseront à jouer avec les références que place Dytar, que les enfants grâce à un scénario enlevé et bien pensé. Sa réflexion sur ces tableaux "oubliés" ou sur leur notoriété est des plus fine.

Côté graphique on retrouve cette patte faussement naïve, très fluide et tout en courbes qui donne à son dessin toute son intensité de façon pourtant minimaliste.

Voilà en tout cas un album à mettre en toute les mains, surtout si vous avez pour projet d'aller faire un tour au Louvre en famille !

Inde (Steve McCurry)

note: 5Magistral Catherine - 11 février 2020

Prendre son temps et s'attarder sur les clichés de cet immense photographe, c'est embrasser l'Inde dans toute sa profondeur, dans toute sa diversité. Prodigieux !

Les riches heures de Jacominus Gainsborough (Rébecca Dautremer)

note: 4Un très beau livre ! Anaïs - 4 février 2020

Cet album, avec ses magnifiques illustrations tout en douceur, séduira les petits comme les grands. La vie de ce lapin ressemble à la nôtre, avec ses obstacles et ses bonheurs. Le texte très poétique est bouleversant et se lit comme un conte philosophique. Un album plein de tendresse à partager en famille.

Le dieu vagabond (Fabrizio Dori)

note: 4Un album mythique et déjanté jerome - 28 janvier 2020

Avec "Le Dieu vagabond" Fabrizio Dori nous propose de suivre la quête d'Eustis, satyre banni de l'Olympe pour avoir courtisé une nymphe.
Sdf de son état, nous le retrouvons en périphérie de Milan aujourd'hui où cette espèce de dandy des temps modernes survit grâce aux divinations qu'il procure en échange d'une bonne bouteille. En tant qu'adepte de Pan et de sa cour, on ne se refait pas !

Mais s'il se contente de peu, notre ami Eustis compte bien retrouver sa cour olympienne et va nous entrainer au fil des pages dans une aventure avec un compère inattendu afin de relever le défi qui lui est proposé par Hécate pour lever la malédiction qui pèse sur lui.
Sans rien renier de la mythologie grecque et en lui restant fidèle, Fabrizio Dori réussit le pari un peu fou d'y mêler avec énormément de talent des influences graphiques du XIXe et XXe siècle pour le plus grand plaisir de nos yeux. Surtout que tout cela n'est pas gratuit mais composé intelligemment autour d'un scénario un brin loufoque (voire drôle) mais à la narration impeccable.

Alors laissez vous porter par cet ovni aux qualités graphiques majestueuses et aux références mythologiques et artistiques astucieusement agencées !

La cuisine zéro déchet (Stéphanie Faustin)

note: 5Précieuses épluchures ! Catherine - 10 janvier 2020

Pour qui n'a pas exploré l'univers des ressources offert par les épluchures de nos fruits et légumes (bios, cela va sans dire), voici des recettes tout a fait réalisables et très alléchantes. Si nous regardions de plus près nos déchets avant de les confier au compost ?

La Brigade des cauchemars - série en cours n° 1
Sarah (Yomgui Dumont)

note: 4Une série fantastique, toute en mystères... jerome - 8 janvier 2020

On connaissait Franck Thilliez pour ses thrillers pour adultes, le voilà qui nous revient accompagné de Yomgui Dumont au dessin pour une série BD ado fantastique fort sympathique et intrigante…
Dans celle-ci nous suivons les aventures de deux jeunes qui forment la brigade des cauchemars. Grace à une machine inventée par leur savant de père, ils peuvent se glisser dans les rêves des enfants pour les aider à guérir de leurs peurs les plus profondes.
Dans ce tome inaugural le fils du professeur, Tristan, et un autre enfant qu’il a recueilli, Esteban, s’introduisent dans le cauchemar de Sarah. Rapidement la tension monte, des adultes cherchent à capturer les enfants, dans une ville et des décors assez froids. Nous n'en apprenons pas beaucoup, mais l'on comprend que les "sauveteurs" de la brigade des cauchemars risquent leur vie dans leur action de secours…
Du fantastique, du suspens et de profonds mystères, voilà une série qui commence sur les chapeaux de roue et qui devrait plaire aux amateurs du genre !

El Reino (Rodrigo Sorogoyen)

note: 4Palpitant ! Anaïs - 7 janvier 2020

Ce thriller politique espagnol nous embarque sur les traces de Manuel Lopez-Vidal, homme politique influent qui est en passe de devenir directeur national de son parti. Mais une affaire de corruption le rattrape… Le personnage campé par Antonio de la Torre (acteur au sommet de son art !) évolue peu à peu, et la tension qui va avec. La bande-son renforce le propos pour permettre au spectateur de s’immerger dans l’engrenage infernal vécu par le personnage principal. Le réalisateur réussit à nous plonger au cœur du système politique espagnol dans de magnifiques plans séquence.

Les trois fantômes de Tesla - série en cours n° 1
Le mystère chtokavien (Guilhem)

note: 4Un thriller de toute beauté ! jerome - 7 décembre 2019

Voilà un album qui lance une série sur les chapeaux de roue ! Plutôt fan de SF, amateur de streampunk au tournant, me voilà servi !

Car cette uchronie concoctée par Richard Marazano et mise en image par Guilhem est une franche réussite ! En tout cas je suis pressé de découvrir la suite !
L'objet fait déjà preuve d'une attention toute particulière avec une couverture des plus réussie, rehaussée de vernis sélectif sur les éclairs dorés qui l'agrémentent. Guilhem dont je ne connaissais que le travail à travers la série fantasy jeunesse Zarla nous sort ici le grand jeu avec un coup de crayon volontairement suranné que met magnifiquement en valeur la mise en couleur de Richard Marazano.
Tout cela concourt parfaitement à imposer cette ambiance anxiogène liée à cette période si particulière de notre histoire. Le sombre New York du milieu du XXe siècle et les personnages scientifiques de l'époque revus et corrigés pour le bien de notre récit finissent de compléter les ingrédients idéaux d'un tome introductif maîtrisés. J'ai dévoré ce premier volume !

La grosse grève (Philippe Jalbert)

note: 4un album pour tou.te.s ! Anaïs - 4 décembre 2019

Les personnages des contes de fées en ont marre de leur condition et interrompent l’histoire à chaque page. Découvrez ce que cachent les 3 petits cochons, les sorcières, le loup, les princesses, etc.
Un livre plein de malice qui fera sourire et réfléchir sur les contes qui nous bercent depuis la nuit des temps !

Partiellement nuageux (Antoine Choplin)

note: 5Beau et grave, mais tellement beau ! Catherine - 12 novembre 2019

Une écriture inclassable : à la première personne, avec (presque) la langue comme matériau brut, mais une délicatesse incroyable pour aborder les tragédies humaines, l'histoire, l'amour, la nature, les cultures... Ne laissez pas ce livre sur les rayons, emparez-vous en de suite !

Civilizations (Laurent Binet)

note: 4Et si on réécrivait l’Histoire ? Anaïs - 6 novembre 2019

Imaginez : vers l’an mille, Les Vikings introduisent en Amérique le fer, les armes et les germes. En 1492, Christophe Colomb découvre l’Amérique mais ne reverra plus l’Europe et mourra dans l’anonymat. Vers 1500, les Incas débarquent au Portugal. C’est à travers leur regard naïf - en effet de miroir inversé - qu’on redécouvre l’Europe en pleine Inquisition, où les guerres de religion font rage. Les Incas ne comprennent pas trop la dévotion des « Levantins » pour ce « dieu cloué » et l’étrange « breuvage noir » bu lors des messes…
Tour à tour journal de bord d’explorateur, chronique de conquête, échanges épistolaires et batailles épiques, ce roman est très documenté. Les références historiques sont détournées (Pedro Pizarro devient page pour le compte de l’empereur Inca, Catherine de Médicis épouse un général Inca, Cervantès est un soldat), et il est vrai que connaître le contexte historique est un plus pour profiter de la richesse de ce livre.
L’écriture fluide nous tient en haleine et les effets supposés de cette mondialisation inversée donnent matière à réflexion.

Le fils de l'Ursari (Cyrille Pomès)

note: 4Une bd pleine d'humanité jerome - 5 novembre 2019

Cyrille Pomès nous propose avec cet album une adaptation très réussie du roman de Xavier-Laurent Petit.

Ciprian est un jeune Rom qui vit avec sa famille de façon traditionnelle en Roumanie ; ils passent de village en village proposant leurs services et un spectacle de combat avec un ours (apprivoisé). Mais la vie est rude et à force d'être harcelés par la police et rejetés par les habitants ils finissent par accepter le marché qu'on leur propose pour aller vivre à Paris, un Eldorado où tout semblerait plus facile.
Mais la réalité a les dents dures et la famille de Ciprian va rapidement déchanter et comprendre que c'est un marché de dupes qu'ils ont accepté et que leur vie de misère continue, doublée d'une dette conséquente... Chacun va devoir mendier, voler ou filouter pour essayer de rembourser cette dette familiale. Et c'est lors d'une journée peu fructueuse que Ciprian va découvrir "le paradis" au jardin du « Lusquenbour » où il observe en cachette des joueurs de "lézecheck". Sans rien y connaître, Ciprian va petit à petit se passionner pour ce jeu et venir espionner ces étranges personnes qui s'y adonnent régulièrement. Mais son talent d'espion semblant aussi efficace que celui de pickpocket, il va rapidement se faire griller par une des joueuses qui va comprendre que le gamin est plutôt du genre surdoué pour les échecs sans jamais pourtant l'avoir pratiqué...

Derrière un trait assez rond et caricatural, Cyrille Pomès nous propose une adaptation qui fait mouche, empreinte d'humanité et de petites touches d'humour malgré un récit au fond assez noir sur la réalité du quotidien des roms. Les cadrages et la mise en couleur appuient une narration fluide et dynamique qui donnent au final une lecture très plaisante des aventures peu banales de ce jeune garçon. Une belle découverte !

Comment s'informer ? (Sophie Eustache)

note: 5Un livre complet à destination des ados (et des adultes !) Anaïs - 2 octobre 2019

A l’heure d’internet, l’information est partout, à chaque instant. Mais comment ne pas s’y perdre, et distinguer l’info de l’intox ? Ce petit livre décrypte les modes d’information, sa circulation, le travail des journalistes et la place de l’information dans le monde et selon les pays. Un petit test à la fin de l’ouvrage aide le lecteur à se forger un esprit critique.

Le silence de Sandy Allen (Isabelle Marrier)

note: 5une belle surprise parmi les romans de cette année Catherine - 2 octobre 2019

Au fil des pages, nous grandissons avec Sandy Allen, dans la douleur, souvent, mais surtout dans l'étonnement : du regard des autres, des questionnements de Sandy, de ceux de l'auteure, des artistes de l'époque... Ces regards ont-ils changé ?

Aujourd'hui est un beau jour pour mourir (Colo)

note: 4Un thriller étonnant ! jerome - 1 octobre 2019

En voilà une très bonne surprise ! Cet album pétri de références et autres clins d'oeil réalisé de bout en bout par Colo (que je découvre avec cet opus) force le respect ! C'est un thriller prenant qu'on ne lâche pas avant de parvenir à la fin de ses 380 pages !

Alors oui, on peut y trouver un petit air de "V pour Vendetta" revisité, une petite touche d'apocalypse très en vogue en ce moment, des traits un peu forcés sur certains points du scénario ou des partis pris un peu radicaux. Mais alors ? Si c'est très bien mené, pourquoi bouder son plaisir ? Car autre point fort, c'est l'originalité du dessin, très personnel et qui ajoute à la singularité de cet album. Surpris à la lecture des premières pages, j'ai vite été happé par ce trait un peu forcé mais très dynamique et sa colorisation particulière. C'est ensuite ce découpage très cinématographique et la narration menée tambour battant qui nous tient en haleine jusqu'à la fin !

Voilà un TRES bon album qui mérite plus qu'une lecture et davantage de reconnaissance ! A lire !

Girl (Lukas Dhont)

note: 4Le conflit du corps Anaïs - 5 septembre 2019

Lara a 15 ans et rêve de devenir danseuse étoile. Avec le soutien de son père, elle entre dans une école réputée. Mais les efforts à fournir sont immenses : difficile d’adapter son corps à la discipline et la rigueur de la danse lorsque l’on est né garçon…
On suit en parallèle de cette passion sa transition pour que Lara ait enfin le corps d’une femme. Entre hormones et opérations en vue, le quotidien de l’adolescente est pour le moins tumultueux et chaotique, d’autant qu’il lui faut faire face aux regards des autres.
Un film rempli de sensibilité et un magnifique jeu d’acteur.

Corentine (Roselyne Bachelot)

note: 5Hommage à une grand-mère au tempérament puissant Catherine - 4 septembre 2019

Cette lecture nous remplit de fierté ! Comment ne pas être émerveillé devant la ténacité et la force de caractère de Corentine ? Quelles que soient les difficultés rencontrées, elle a fait face. Chapeau bas !

Les furtifs (Alain Damasio)

note: 5Un must ! jerome - 3 septembre 2019

15 ans après « La Horde du Contrevent » Alain Damasio nous revient enfin avec un nouveau roman toujours aussi fracassant !
Dans nos villes privatisées où rien ne se perd, les furtifs restent les seuls êtres à ne pas laisser de traces. Nous, les citoyens-clients, la bague au doigt, couvés par nos Intelligences Amies, nous tissons la soie de nos cocons numériques en travaillant à désigner un produit de très grande consommation : être soi. Dans ce capitalisme insidieux, à la misanthropie molle – féroce pour ceux qui s’en défient -, l’aliénation n’a même plus à être imposée, elle est devenue un « self-serf service ». Et tu penses y échapper ?

Autour de la quête épique d’un père qui cherche sa fille disparue, Alain Damasio articule dans une langue incandescente émancipation politique, thriller fluide et philosophie. Après La Zone du Dehors et La Horde du Contrevent, il déploie ici un nouveau livre-univers sur nos enjeux contemporains : le contrôle, le mouvement et le lien.

Le Liseur du 6 h 27 (Jean-Paul Didierlaurent)

note: 4un roman léger à écouter Anaïs - 3 juillet 2019

Guylain, un ouvrier travaillant dans une usine qui détruit les livres invendus, n'aime pas son travail. Chaque soir il récupère de la broyeuse les quelques feuillets épargnés qu'il lit le matin suivant dans le RER qui l'emmène à l'usine. Sa vie est routinière mais un beau jour il va tomber sur une clé USB qui va changer le cours de sa vie puisqu'il va se mettre en quête de retrouver sa propriétaire…
Ce roman, rapide et facile, est bien mené. On se prend d'affection pour les différents personnages – principaux ou secondaires. Le ton est gai, léger, bref, pas de prise de tête ! L'auteur arrive à nous entraîner avec son héros dans la découverte progressive de cette personne mystérieuse et on veut nous aussi la rencontrer.
Un roman qui fait du bien, qui a le mérite de nous transporter hors de notre quotidien. Et c'est ce qu'on peut attendre d'un roman. S'évader, penser à autre chose, oublier nos soucis et s'offrir un moment de détente.
Alors, si vous êtes stressé, exténué, ou le moral en berne et que vous ne pouvez pas vous offrir un voyage au soleil ou une cure de relaxation, écoutez la voix chaleureuse de Dominique Pinon raconter ce roman !

Le cartographe des Indes boréales (Olivier Truc)

note: 5un voyage inoubliable dans un XVIe siècle tourmenté et frénétique Catherine - 3 juillet 2019

La richesse de ce roman réside dans le fait qu'il met en scène des personnages de pouvoir, de religion, d'horizons géographiques multiples. La convergence ou la divergence des intérêts des différents protagonistes créent un suspens passionnant.

Jeu blanc (Richard Wagamese)

note: 5Blancheur ou noirceur ? Catherine - 11 juin 2019

Un roman bouleversant, instructif, admirable... Pour prendre toute la mesure de ce que l'oppression peut engendrer comme humiliations, destructions... Ecriture magnifique

Dans la forêt des lilas (Tamia Baudouin)

note: 4Un album qui conte beaucoup ! jerome - 5 juin 2019

Amateurs de contes et de belles illustrations, cet album est fait pour vous !

Nathalie Ferlut qui semble avoir baigné dedans et vouloir nous le faire partager s'adjoint le savoir faire de Tamia Baudouin au dessin cette fois-ci. Et ma foi ça en jette !

D'une part, c'est beau mais c'est aussi très original ! Le parti pris graphique est audacieux ! Il n'y a qu'à voir l'objet : couverture et quatrième de couverture nous plongent tout de suite dans l'ambiance et m'ont tout de suite donné envie de me lancer dans sa lecture. Ça m'a rappelé la très belle collection Métamorphoses de chez Soleil.

Comtesse habite un cottage isolé de la campagne londonienne. Atteinte d'une étrange maladie, elle cherche à se réfugier dans ses rêves d'enfance. Mais ce pays merveilleux où Minon le Prince-Chat et Biche la fée la dorlotaient a doucement sombré dans les ténèbres... Comtesse cherche alors à comprendre pourquoi...

Ce conte pour adultes qui nous rappelle l'enfant que nous avons tous été et qu'on a parfois du mal à abandonner (et d'ailleurs pourquoi le faudrait-il ???) nous renvoie à tous ces mondes imaginaires qu'on affectionne toujours quelque part. On a tous un petit côté Alice tapis en nous qu'il faut savoir chérir et ressortir du chapeau à bon escient. Drapé dans un contexte très Romantique anglais du XIXe, cet album où fourmillent les clins d’œil et les références nous donne envie de replonger dans nos vieux contes classiques pour y retrouver une petite madeleine de Proust pleine de douceur.

A découvrir !

Benoît et la bande de Los Moteros (Maïté Bernard)

note: 4pour bien débuter en espagnol Anaïs - 4 juin 2019

Ce roman s’adresse à tous ceux qui étudient l’espagnol, ou veulent se réapproprier cette langue. L’originalité de cette collection réside dans le fait qu’on passe progressivement du français à l’espagnol, pour une immersion en douceur. Pas besoin de dictionnaire, les personnages et le contexte suffisent à la compréhension. Parfait pour les débutants donc, et cette collection se décline aussi pour l’apprentissage de l’anglais ou de l’allemand !

Mes premiers pas en kirigami (Ghylenn Descamps)

note: 5Jolie déco à la mode japonaise Catherine - 14 mai 2019

Offrir un cadeau personnalisé, s'absorber dans la réalisation d'un joli mobile, fabriquer une boîte éphémère tout en finesse... Une initiation au kirigami, technique de pliage et découpage du papier, qui réserve quelques belles surprises.

Quand la sagesse vint aux ânes (Pierre Ruaud)

note: 4Pour réfléchir et s'émerveiller Anaïs - 3 mai 2019

13 fables à lire dès 8 ans, qui mettent en scène animaux et humains. Hors du temps – et même très modernes-, elles invitent à la réflexion. Les magnifiques illustrations de Julia Wauters renforcent le propos. Tout concourt à prouver que les fables ne sont pas dépassées !

Blue Giant - série en cours n° 1
Blue giant 1 (Shin'ichi Ishizuka)

note: 4Envoyez la musique ! jerome - 25 avril 2019

Réussir à faire partager en dessin ce que la musique peut procurer, voilà un challenge bien audacieux, encore plus quand il s’agit du jazz. C’est ce que nous propose « Blue Giant » à travers le personnage de Dai Miyamoto, élève de terminale qui découvre par hasard le jazz en finissant une soirée avec un ami dans un club de jazz de sa ville. Et c’est une révélation pour lui ! A partir de ce jour il n’aura qu’une seule ambition : devenir le meilleur jazzman du monde !

C’est grâce à un saxophone que son frère va lui offrir qu’il se lance en autodidacte en jouant tous les jours au bord de la rivière près de chez lui. Qu’il pleuve, fasse un soleil de plomb ou qu’il neige, Dai ne lâche rien ! Mais malgré toute la bonne volonté du monde, on ne s’improvise pas non plus musicien et encore moins le meilleur sans quelques bases et ça Dai va finir par le comprendre à ses dépens après un premier concert raté. Heureusement, un prof de musique va quand même déceler chez lui quelque chose et le prendre sous son aile pour lui faire découvrir les bases du jazz et de la musique. C’est le début d’une grande histoire…

Si le premier tome de cette série pourrait laisser croire qu’il suffit d’y croire et de travailler comme un forcené pour parvenir à ses fins, la suite nous montre intelligemment que cela ne suffit pas. Il faut bien sûr travailler, avoir du talent mais aussi trouver les bons partenaires. L’auteur, Ishizuka Shinichi s’appuie sur un trait relativement classique mais efficace pour retranscrire ce parcours et cette passion pour le jazz en nous proposant des scènes de concert très vivantes et pleines d’émotion, ce qui est loin d’être évident quand il s’agit de musique et surtout de jazz qu’on a vite fait de cataloguer comme musique élitiste.

Alors passionné de jazz, simple amateur ou même néophyte, laissez vous tenter et bercer par cette série très prometteuse !

La Papeterie Tsubaki (Ito Ogawa)

note: 5Une incursion en douceur dans le quotidien de la vie au Japon Catherine - 6 avril 2019

Rencontrer Hatoko, c'est un véritable bonheur de lecture ! A ses côtés, nous découvrons son métier d'écrivaine publique et tout son art de la calligraphie : elle choisit la typographie en fonction du type de requête qui lui est adressée. Beaucoup de subtilité dans ce roman.

The Promised Neverland - série en cours n° 1
Grace Field House (Posuka Demizu)

note: 4Top ! jerome - 5 avril 2019

Sous ses airs de série un peu convenue "The Promised Neverland " se révèle au fil des pages une série pleine de surprises !

On part effectivement d'une situation et de personnages un peu convenus jusqu'à LA révélation qui tombe rapidement sur les réelles motivations de cet étrange orphelinat et de sa directrice. Petit à petit les personnages vont prendre de l'épaisseur et le côté un peu trop manichéen du début de série va laisser place à une réelle richesse. Les "gentils" ne le sont peut-être pas tant que ça et les motivations des "méchants" finissent par s'expliquer sans pour autant s'excuser grâce à des flashbacks judicieux.

Mais au delà de la richesse et de la profondeur accordée aux personnages c'est surtout l'intensité du scénario qui nous accroche très rapidement et nous rend accro ! Dans cette série personne n'est éternel et chaque page que l'on tourne peut se révéler fatale pour chacun des personnages auquel on aurait pu s'attacher. C'est aussi tout le jeu stratégique entre les enfants et leurs ennemis qui est rudement intéressant. Véritable partie d'échec, chacun y va de ses coups cachés et muris longtemps à l'avance avec plus ou moins d'efficacité pour parvenir à ses fins.

En tout cas, au bout de cinq tomes qu'on avale avidement, une chose est sûre, la suite se fait attendre avec impatience !

Nom de Zeus (Anne Jonas)

note: 4La mythologie au quotidien Anaïs - 30 mars 2019

Un livre pour les jeunes et les moins jeunes qui veulent décrypter des expressions de tous les jours issues de la mythologie.
Classées par thèmes, les différentes entrées peuvent se lire de façon indépendante.
Chacun peut s'y retrouver devant la variété de propositions : un travail de titan, ouvrir la boîte de Pandore, toucher le pactole, être médusé, faire un laïus, etc.
A la fin, une galerie de portraits conclue le livre. Nous retrouvons ainsi un apollon, une mégère, un pygmalion ou encore un sosie.
Très intéressant pour approfondir ses connaissances et plonger dans les origines des expressions, avec humour. Le tout agrémenté de belles illustrations.

Petits fruits, délices du jardin bio (Denis Pépin)

note: 5Saines gourmandises ! Catherine - 2 mars 2019

Si vous rêvez de récolter vos propres petits fruits rouges, empruntez-vite ce document et peut-être dégusterez-vous les premières baies cet été ?... Un guide précieux et plein de conseils avisés.

À la ligne (Joseph Ponthus)

note: 4A l'usine ! Anaïs - 1 mars 2019

L’auteur-narrateur a fait des études littéraires (hypokhâgne), puis a travaillé comme éducateur dans le social. Mais depuis quelques temps, il a rejoint la Bretagne et cherche du travail. Il est devenu intérimaire et a trouvé des petits boulots à l’usine. D’abord aux conserveries puis à l’abattoir. Il écrit sur le dur labeur, le travail à la chaîne, répétitif, les douleurs que ça engendre, l’épuisement suite aux horaires et au trajet qu'il fait à vélo. Mais son mental le sauve. Il pense aux auteurs lus dans sa "vie antérieure" (Beckett, Proust, Apollinaire, Genet, Céline,...) et aux chanteurs qui ont bercé son enfance (Barbara, Trenet,...) ; tous l'aide à surmonter les heures de travail.
Parfois drôle, parfois cru, l’écriture hachée (beaucoup de retours à la ligne) nous transporte à ses côtés et nous fait goûter à la vie ouvrière, à son quotidien d'intérimaire et ses dimanches avec sa femme et son chien.
Un premier roman à découvrir.

L'Histoire des 3 Adolf - Série complète n° 1
L'Histoire des 3 Adolf (Osamu Tezuka)

note: 4Un grand classique ! jerome - 1 mars 2019

Tezuka traite dans cette série de la seconde Guerre Mondiale et construit son intrigue autour de trois personnages prénommés Adolf. Hitler fait bien sûr parti du trio, viennent s'y adjoindre deux jeunes garçons vivant au japon. L'un est un juif, fils d'un boulanger, l'autre est moitié japonais par sa mère et moitié allemand par son père qui travaille pour le consulat du Reich. Nos deux jeunes garçons vont forcément se rencontrer et lier une amitié malgré le contexte historique et la réprobation du père allemand. Ce dernier va d'ailleurs l'envoyer en Allemagne poursuivre ses études dans l'une des écoles des jeunesses hitlériennes les plus renommées.

Voilà pour la base, car à coté de ça, Tezuka étoffe très largement son récit avec une foule de personnages qui vont graviter autour de ces Adolf. Ce sont toutes ces petites histoires plutôt que la Grande Histoire qui font la force narrative de Tezuka ; car au lieu de nous raconter la seconde Guerre Mondiale, ses horreurs et la noirceur de l'âme humaine, il nous dépeint tout cela judicieusement par ces petits rien, ces choix, ces convictions ou ces reniements qui permettent à de telles atrocités de voir le jour ou à quelques anonymes de nous permettre de croire encore un peu dans le genre humain.
Concernant son dessin, pas grand chose à rajouter, sinon qu'il est toujours aussi impressionnant d'efficacité de fluidité et d'avant garde pour l'époque.

"L'histoire des 3 Adolf" se révèle donc comme une œuvre majeure d'Osamu Tezuka.

La Mongolie de Gengis Khan (Tuul Morandi)

note: 5Epoustouflant ! Catherine - 12 février 2019

Un voyage inoubliable dans des paysages grandioses, parsemé de courts textes qui abordent avec clarté l'histoire et la culture des Mongols, illustrés de jolies calligraphies. Un beau livre, assurément.

Moi ce que j'aime, c'est les monstres - série en cours n° 1
Moi, ce que j'aime, c'est les monstres (Emil Ferris)

note: 5Un OVNI fascinant ! jerome - 1 février 2019

Voilà sans doute le plus bel OVNI qui nous soit tombé dessus depuis quelques temps ! Et pour du lourd on prend du lourd ! Car hormis ces quelques 400 pages et des poussières, Emil Ferris nous plonge subrepticement dans un univers décalé qu'il va falloir apprivoiser au fil des pages, tant graphiquement que narrativement.

Son histoire prend place dans un Chicago des années 60 à travers les yeux de Karen Reyes, jeune fille de dix ans, qui voit des monstres un peu partout et se prend elle même pour un loup garou. Le suicide d'une de ses voisines auquel elle ne croit pas va la conduire à mener l'enquête dans son entourage...
Voilà un pitch bien singulier qui n'est pourtant que l'arbre qui cache la forêt d'une imagination débridée mais maîtrisée. Car malgré l'impression de touffeur qui pourrait sembler prendre le dessus au simple feuilletage de l'album (je vous mets au défi de trouver un espace suffisant pour une dédicace !), on est vite subjugué par l'histoire de cette jeune fille et le graphisme qu'impose Emil Ferris. Composé sur une trame de feuillets perforés avec des lignes, ses planches dessinées tout au crayon bic sont d'une rare beauté ! Que ce soit ses nuances de noir ou ses mélanges de couleurs audacieux, certaines de ses planches m'ont littéralement scotché !

Ce n'est certainement pas un hasard que cet album ait déjà été primé à maintes reprises au fil de cette année, tant il ne peut laisser indifférent. Après, c'est typiquement le genre d'album dans lequel on rentre ou on ne rentre pas, il n'y a pas d'entre deux. Cela reste pour moi un des albums les plus audacieux et envoûtants de l'année !

Dictionnaire insolite du Québec (Véronique Couzinou)

note: 4une autre façon de voyager Anaïs - 1 février 2019

Ce petit livre est une mine d’informations pour mieux connaitre le Québec, par des entrées différentes d’un guide de voyage centré sur les lieux touristiques ou d’un livre d’histoire centré sur les événements qui ont forgé cette région. Au contraire, cet ouvrage permet de découvrir le Québec de l’intérieur, à travers des anecdotes, des particularités linguistiques ou culturelles, des jours clés de son histoire ou des lieux typiques. Chaque entrée du dictionnaire est indépendante, on peut donc le lire de façon fragmentée, ou ne lire que ce qui nous intéresse.
Tous les livres de cette collection ont la même façon d’aborder un pays ou une ville (Barcelone, Égypte, Maroc, Grèce, Lisbonne,…). Une bonne manière d’approfondir ses connaissances de base de façon ludique pour s’immerger avant de voyager.

Dîner avec Darwin (Jonathan W. Silvertown)

note: 5A consommer sans modération Catherine - 3 janvier 2019

"Ce banquet scientifique est une lecture merveilleuse : bon appétit". Cette appréciation de Nature est vraiment parfaitement adaptée à ce documentaire qui se déguste avec gourmandise !

La vraie vie (Adeline Dieudonné)

note: 4Un livre coup de poing Anaïs - 2 janvier 2019

La narratrice, dix ans, vit avec son petit frère Gilles et ses parents dans un pavillon qui ressemble à tous ceux du lotissement. Ou presque. En plus de leurs chambres, il y a celle des cadavres… Car le père est chasseur de gros gibier, et passe aussi ses nerfs sur la mère. Un jour, un accident se produit, qui va changer Gilles. La narratrice va tout faire pour revenir en arrière et redonner le sourire à son frère. Mais est-il vraiment possible de revenir sur ce qui s’est passé ?
On sort de ce livre mal à l'aise – j’en suis encore toute retournée. On ressent l'angoisse, l'ambiance est poisseuse. Dès le début le ton est donné, et la tension monte crescendo jusqu'au climax.
Une lecture forte, à lire d’un trait, dont on ne ressort pas indemne. Mais une plume indéniable pour cette jeune auteure trentenaire, dont le roman a obtenu de nombreux prix, dont l’équivalent du Goncourt belge.

Cléopâtre, la reine fatale - série en cours n° 1
Cléopâtre, la reine fatale (Joël Mouclier)

note: 4Un album de caractère pour une femme qui n'en manque pas ! jerome - 22 décembre 2018

Dans la collection "Les Reines de sang" voici venir Cléopâtre. La famille Gloris et leur goût prononcé pour l'histoire leur font continuer l'aventure avec ce nouveau grand personnage historique féminin, avec cette fois-ci au dessin Joël Mouclier que je découvre.

Ce premier tome installe tranquillement ses pièces sur l'échiquier autour de notre grande reine d’Égypte. Car c'est qu'il y en a du monde à évoluer autour d'elle, à commencer par son jeune frère Ptolémée, avec qui les tensions familiales vont monter crescendo. Ajoutez à cela un empire romain lui aussi déchiré entre Pompée et César mais qui tient l’Égypte par les bourses et vous allez pouvoir sortir le pop-corn pour profiter d'une partie pas toujours fine qui ne donnera pas forcément dans la dentelle...

Ce qui marque d'emblée c'est l'ambiance qui nous est retranscrite de cette Égypte du Ier siècle avant J.C. Joël Mouclier a le don de nous immerger dans cette période historique grâce à la qualité de son dessin et de sa mise en couleur. Faste, chaleur, architecture démesurée, chatoyance des maquillages ou des décors, on s'y croirait.
Mais derrière les fards, c'est aussi une période sans pitié où la mort et les complots ponctuent le quotidien de ces grands de l'Histoire. Et c'est tout cela que notre Cléopâtre va polariser autour d'elle, menant sa barque tant bien que mal dans ce vortex dangereux.

Les grandes lignes sont maintenant posées avec ce premier opus, reste à suivre dans les prochains tomes l'évolution de cette femme au caractère bien trempé !

Idiss (Robert Badinter)

note: 5un récit de vie hors du commun Catherine - 8 décembre 2018

Lire sans attendre ce très bel hommage de Robert Badinter à sa grand-mère. On en ressort grandi.

Furoshiki (Jennifer Playford)

note: 5Pour des cadeaux plus beaux ! Anaïs - 5 décembre 2018

Le furoshiki nous vient du Japon. C'est une technique d'emballage avec du tissu, aussi utilisée pour transporter des vêtements, aliments, bento,...
Vous apprendrez par exemple à emballer vos cadeaux de Noël, ce qui leur donnera un style plus personnalisé, et fera moins de déchets puisque vous pourrez les réutiliser l'année suivante.
Chaque technique est détaillée dans l'ouvrage, vous êtes sûr de réussir à tous les coups !

Portrait d'une femme moderne au Yémen n° 2
Intisar en exil (Sagar)

note: 4Un regard acéré sur le Yemen d'aujourd'hui jerome - 5 décembre 2018

Avec l'album La Voiture d'Intisar moi qui était resté sur un avis positif mais très en retrait à cause d'un graphisme pas du tout à mon goût, c'est LA bonne surprise avec ce nouvel opus des tribulations de notre yéménite préférée mis en scène par le toujours très bon Pedro Riera, mais qui confie cette fois-ci le dessin à un nouvel auteur, Sagar.

Et pour moi ça change tout ! D'une part parce que le trait de Sagar est ce qui manquait à l'album précédent et que sa mise en couleur est tout simplement sublime. On est pleinement immergé dans le quotidien d'Intisar, on ressent l'amour de son pays le Yemen malgré sa condition de femme, mais aussi celle de la Jordanie où elle a du s'exiler.
Et c'est toute la réussite une nouvelle fois de cet album qui derrière le personnage fictif mais très inspiré d'Intisar nous fait comprendre à travers son quotidien tous les enjeux sociétaux et politiques de cette région complexe. Mis sur le devant de la scène internationale ces derniers jours après l'assassinat d'un journaliste dans son consulat, l'Arabie Saoudite qui mène cette guerre au Yemen est placée face à ses responsabilités et ses absurdités macabres. Les Yéménites (qui en ont les moyens) en sont réduits à l’exil, dont une grande partie se fait vers la Jordanie. Intisar est l'une de ces exilés...

J'ai beaucoup apprécié la construction du récit qui derrière moult anecdotes qui pourraient sembler triviales, permettent surtout de comprendre la réalité et le quotidien des femmes au Yemen. Réalité toute en contradictions avec d'un côté la chape de plomb religieuse qui pèse sur elles en société et ce qu'elles font grâce aux réseaux sociaux en intimité par exemple. C'est ce plafond de verre que voudrait bien pouvoir briser Intisar pour pouvoir enfin vivre librement. Et c'est paradoxalement ce que va timidement permettre cette guerre tragique : se libérer de l'emprise masculine qui les maintient dans cette condition.
Alors ne voyons pas pour autant cette guerre comme une "bénédiction", mais permet-elle au moins aux femmes de desserrer la bride qu'elles subissent au quotidien.

Un très bon album que je recommande chaudement pour son intelligence et tout autant pour son graphisme chaleureux et expressif qui sied parfaitement à notre chère Intisar et son pays.

Si on dansait... (Rachel Joyce)

note: 5Littérature et playlist Catherine - 10 novembre 2018

Un roman à la Ken Loach avec, en filigrane, une invitation à voyager en musique grâce à Franck, disquaire londonien atypique, anti-héros de livre drôle et sensible à la fois.

Azimut - série en cours n° 1
Les Aventuriers du Temps Perdu (Jean-Baptiste Andréae)

note: 4Du rêve en barre ! jerome - 8 novembre 2018

Watcha !!! Quelle perle les aminches !!!

Wilfrid Lupano et Jean-Baptiste Andreae, dont j'appréciais déjà énormément le boulot, poussent ici le curseur au taquet pour nous offrir avec ce premier tome d'"Azimut" un petit bijou envoutant, à l'univers déjanté et poétique.

Tout est ici fait pour plonger dans un univers complet aux repères déglingués et qui laisse du coup libre cours à l'imagination débridée de Wilfrid Lupano. Après une familiarisation tout en douceur de ce monde merveilleux par le biais de personnages tous plus truculents ou loufoques les uns que les autres, on va de surprise en surprise pour notre plus grand bonheur. Le temps ici devenu préoccupation centrale de cet ouvrage semble alors s'arrêter pour combler notre curiosité et l'intensité de notre lecture.

C'est frais, épique, tragi-comique, raffiné et complètement barré ! Comment s'y retrouver me direz-vous avec un tel mélange des genres ? Ne cherchez pas, car de toute façon le pôle nord a disparu et les repères qui régissent nos habitudes sont mis à mal de la plus belle des façons ! Une seule chose à faire : se laisser porter par le courant des péripéties qui ne manquent pas et se régaler tant des subtilités du scénario que du savoir faire de Jean-Baptiste Andreae !

Car du côté du dessin, on retrouve le trait si particulier, coloré et chaleureux que j'avais apprécié dans "MangeCoeur" ou encore "La Confrérie du crabe". Andreae s'en donne ici à cœur joie, et son style colle à merveille à cette histoire. L'univers concocté par Lupano lui laisse les coudées franches pour nous en mettre plein les mirettes. Tant les décors que les personnages et les créatures sont tout simplement envoutants ! Et je ne vous parle même pas de cette magnifique couverture qui met déjà en appétit ! Ajoutez à cela une mise en page intelligente et quelques planches littéralement sublimes et... Quoi ? Bon OK, OK, OK... J'arrête les fleurs... jusqu'au prochain tome.

Moi, Daniel Blake (Ken Loach)

note: 4un parcours kafkaïen Anaïs - 6 novembre 2018

Un film social qui s'insère parfaitement dans l'univers du réalisateur, sur l'absurdité de l'administration britannique et des services sociaux.
Un beau plaidoyer pour la solidarité et l'entraide, très émouvant et tout en pudeur.
Palme d'Or à Cannes en 2016.

Les ancêtres ne prennent pas l'avion (Pascale Ruffel)

note: 5une urgence de lecture ô combien salutaire ! Catherine - 3 octobre 2018

Depuis des années, Pascale RUFFEL, psychologue, écoute et accompagne les migrants qui le souhaitent dans un Centre d'accueil pour réfugiés. Elle partage certains moments forts de ces rencontres, et nous entraîne dans une vertigineuse cartographie du monde, riche et cruelle, humaine et digne mais au prix de tellement de souffrances, de trop de souffrances... Un très bel hommage à ces hommes et ces femmes qui osent affronter l'inconnu pour sauver leur vie.

Crée tes vidéos (Robert Blofield)

note: 4Pour viser le César ! Anaïs - 3 octobre 2018

A l’heure de YouTube et autres plateformes d'hébergements de vidéos, on peut croire qu’il est facile de faire des films. Mais connaissez-vous seulement le vocabulaire et les différentes étapes de fabrication d’un film ? Dans ce documentaire qui s’adresse autant aux ados qu’aux adultes, vous apprendrez à maîtriser les techniques pour faire une vidéo de qualité puis la diffuser. Et ce, sans avoir besoin d’investir forcément en matériel coûteux. Alors, lancez-vous !