Horaires d'ouverture

Lundi : 14h - 17h
Mercredi : 10h - 12h30 / 14h - 18h
Jeudi : 9h - 12h
Vendredi : 16h - 19h
Samedi : 10h - 12h30 / 14h - 16h *

* Médiathèque fermée samedi après-midi en juin, juillet et août

tel : 02 40 32 63 03
Partager "Horaires" sur facebookPartager "Horaires" sur twitterLien permanent

Le site de la ville

Partager "Logo Mairie" sur facebookPartager "Logo Mairie" sur twitterLien permanent

Partenaires :

Partager "Nos partenaires" sur facebookPartager "Nos partenaires" sur twitterLien permanent
AccueilBoite critiques

Boite critiques

 

Le Liseur du 6 h 27 (Jean-Paul Didierlaurent)

note: 4un roman léger à écouter Anaïs - 3 juillet 2019

Guylain, un ouvrier travaillant dans une usine qui détruit les livres invendus, n'aime pas son travail. Chaque soir il récupère de la broyeuse les quelques feuillets épargnés qu'il lit le matin suivant dans le RER qui l'emmène à l'usine. Sa vie est routinière mais un beau jour il va tomber sur une clé USB qui va changer le cours de sa vie puisqu'il va se mettre en quête de retrouver sa propriétaire…
Ce roman, rapide et facile, est bien mené. On se prend d'affection pour les différents personnages – principaux ou secondaires. Le ton est gai, léger, bref, pas de prise de tête ! L'auteur arrive à nous entraîner avec son héros dans la découverte progressive de cette personne mystérieuse et on veut nous aussi la rencontrer.
Un roman qui fait du bien, qui a le mérite de nous transporter hors de notre quotidien. Et c'est ce qu'on peut attendre d'un roman. S'évader, penser à autre chose, oublier nos soucis et s'offrir un moment de détente.
Alors, si vous êtes stressé, exténué, ou le moral en berne et que vous ne pouvez pas vous offrir un voyage au soleil ou une cure de relaxation, écoutez la voix chaleureuse de Dominique Pinon raconter ce roman !

Le cartographe des Indes boréales (Olivier Truc)

note: 5un voyage inoubliable dans un XVIe siècle tourmenté et frénétique Catherine - 3 juillet 2019

La richesse de ce roman réside dans le fait qu'il met en scène des personnages de pouvoir, de religion, d'horizons géographiques multiples. La convergence ou la divergence des intérêts des différents protagonistes créent un suspens passionnant.

Jeu blanc (Richard Wagamese)

note: 5Blancheur ou noirceur ? Catherine - 11 juin 2019

Un roman bouleversant, instructif, admirable... Pour prendre toute la mesure de ce que l'oppression peut engendrer comme humiliations, destructions... Ecriture magnifique

Dans la forêt des lilas (Tamia Baudouin)

note: 4Un album qui conte beaucoup ! jerome - 5 juin 2019

Amateurs de contes et de belles illustrations, cet album est fait pour vous !

Nathalie Ferlut qui semble avoir baigné dedans et vouloir nous le faire partager s'adjoint le savoir faire de Tamia Baudouin au dessin cette fois-ci. Et ma foi ça en jette !

D'une part, c'est beau mais c'est aussi très original ! Le parti pris graphique est audacieux ! Il n'y a qu'à voir l'objet : couverture et quatrième de couverture nous plongent tout de suite dans l'ambiance et m'ont tout de suite donné envie de me lancer dans sa lecture. Ça m'a rappelé la très belle collection Métamorphoses de chez Soleil.

Comtesse habite un cottage isolé de la campagne londonienne. Atteinte d'une étrange maladie, elle cherche à se réfugier dans ses rêves d'enfance. Mais ce pays merveilleux où Minon le Prince-Chat et Biche la fée la dorlotaient a doucement sombré dans les ténèbres... Comtesse cherche alors à comprendre pourquoi...

Ce conte pour adultes qui nous rappelle l'enfant que nous avons tous été et qu'on a parfois du mal à abandonner (et d'ailleurs pourquoi le faudrait-il ???) nous renvoie à tous ces mondes imaginaires qu'on affectionne toujours quelque part. On a tous un petit côté Alice tapis en nous qu'il faut savoir chérir et ressortir du chapeau à bon escient. Drapé dans un contexte très Romantique anglais du XIXe, cet album où fourmillent les clins d’œil et les références nous donne envie de replonger dans nos vieux contes classiques pour y retrouver une petite madeleine de Proust pleine de douceur.

A découvrir !

Benoît et la bande de Los Moteros (Maïté Bernard)

note: 4pour bien débuter en espagnol Anaïs - 4 juin 2019

Ce roman s’adresse à tous ceux qui étudient l’espagnol, ou veulent se réapproprier cette langue. L’originalité de cette collection réside dans le fait qu’on passe progressivement du français à l’espagnol, pour une immersion en douceur. Pas besoin de dictionnaire, les personnages et le contexte suffisent à la compréhension. Parfait pour les débutants donc, et cette collection se décline aussi pour l’apprentissage de l’anglais ou de l’allemand !

Mes premiers pas en kirigami (Ghylenn Descamps)

note: 5Jolie déco à la mode japonaise Catherine - 14 mai 2019

Offrir un cadeau personnalisé, s'absorber dans la réalisation d'un joli mobile, fabriquer une boîte éphémère tout en finesse... Une initiation au kirigami, technique de pliage et découpage du papier, qui réserve quelques belles surprises.

Quand la sagesse vint aux ânes (Pierre Ruaud)

note: 4Pour réfléchir et s'émerveiller Anaïs - 3 mai 2019

13 fables à lire dès 8 ans, qui mettent en scène animaux et humains. Hors du temps – et même très modernes-, elles invitent à la réflexion. Les magnifiques illustrations de Julia Wauters renforcent le propos. Tout concourt à prouver que les fables ne sont pas dépassées !

Blue Giant - série en cours n° 1
Blue giant 1 (Shin'ichi Ishizuka)

note: 4Envoyez la musique ! jerome - 25 avril 2019

Réussir à faire partager en dessin ce que la musique peut procurer, voilà un challenge bien audacieux, encore plus quand il s’agit du jazz. C’est ce que nous propose « Blue Giant » à travers le personnage de Dai Miyamoto, élève de terminale qui découvre par hasard le jazz en finissant une soirée avec un ami dans un club de jazz de sa ville. Et c’est une révélation pour lui ! A partir de ce jour il n’aura qu’une seule ambition : devenir le meilleur jazzman du monde !

C’est grâce à un saxophone que son frère va lui offrir qu’il se lance en autodidacte en jouant tous les jours au bord de la rivière près de chez lui. Qu’il pleuve, fasse un soleil de plomb ou qu’il neige, Dai ne lâche rien ! Mais malgré toute la bonne volonté du monde, on ne s’improvise pas non plus musicien et encore moins le meilleur sans quelques bases et ça Dai va finir par le comprendre à ses dépens après un premier concert raté. Heureusement, un prof de musique va quand même déceler chez lui quelque chose et le prendre sous son aile pour lui faire découvrir les bases du jazz et de la musique. C’est le début d’une grande histoire…

Si le premier tome de cette série pourrait laisser croire qu’il suffit d’y croire et de travailler comme un forcené pour parvenir à ses fins, la suite nous montre intelligemment que cela ne suffit pas. Il faut bien sûr travailler, avoir du talent mais aussi trouver les bons partenaires. L’auteur, Ishizuka Shinichi s’appuie sur un trait relativement classique mais efficace pour retranscrire ce parcours et cette passion pour le jazz en nous proposant des scènes de concert très vivantes et pleines d’émotion, ce qui est loin d’être évident quand il s’agit de musique et surtout de jazz qu’on a vite fait de cataloguer comme musique élitiste.

Alors passionné de jazz, simple amateur ou même néophyte, laissez vous tenter et bercer par cette série très prometteuse !

La Papeterie Tsubaki (Ito Ogawa)

note: 5Une incursion en douceur dans le quotidien de la vie au Japon Catherine - 6 avril 2019

Rencontrer Hatoko, c'est un véritable bonheur de lecture ! A ses côtés, nous découvrons son métier d'écrivaine publique et tout son art de la calligraphie : elle choisit la typographie en fonction du type de requête qui lui est adressée. Beaucoup de subtilité dans ce roman.

The Promised Neverland - série en cours n° 1
Grace Field House (Posuka Demizu)

note: 4Top ! jerome - 5 avril 2019

Sous ses airs de série un peu convenue "The Promised Neverland " se révèle au fil des pages une série pleine de surprises !

On part effectivement d'une situation et de personnages un peu convenus jusqu'à LA révélation qui tombe rapidement sur les réelles motivations de cet étrange orphelinat et de sa directrice. Petit à petit les personnages vont prendre de l'épaisseur et le côté un peu trop manichéen du début de série va laisser place à une réelle richesse. Les "gentils" ne le sont peut-être pas tant que ça et les motivations des "méchants" finissent par s'expliquer sans pour autant s'excuser grâce à des flashbacks judicieux.

Mais au delà de la richesse et de la profondeur accordée aux personnages c'est surtout l'intensité du scénario qui nous accroche très rapidement et nous rend accro ! Dans cette série personne n'est éternel et chaque page que l'on tourne peut se révéler fatale pour chacun des personnages auquel on aurait pu s'attacher. C'est aussi tout le jeu stratégique entre les enfants et leurs ennemis qui est rudement intéressant. Véritable partie d'échec, chacun y va de ses coups cachés et muris longtemps à l'avance avec plus ou moins d'efficacité pour parvenir à ses fins.

En tout cas, au bout de cinq tomes qu'on avale avidement, une chose est sûre, la suite se fait attendre avec impatience !

The Promised Neverland - série en cours n° 1
Grace Field House (Posuka Demizu)

note: 4Top ! jerome - 2 avril 2019

Sous ses airs de série un peu convenue, "The Promised Neverland" se révèle au fil des pages une série pleine de surprises !

On part effectivement d'une situation et de personnages un peu convenus jusqu'à LA révélation qui tombe rapidement sur les réelles motivations de cet étrange orphelinat et de sa directrice. Petit à petit les personnages vont prendre de l'épaisseur et le côté un peu trop manichéen du début de série va laisser place à une réelle richesse. Les "gentils" ne le sont peut-être pas tant que ça et les motivations des "méchants" finissent par s'expliquer sans pour autant s'excuser grâce à des flashbacks judicieux.

Mais au delà de la richesse et de la profondeur accordée aux personnages c'est surtout l'intensité du scénario qui nous accroche très rapidement et nous rend accroc ! Dans cette série personne n'est éternel et chaque page que l'on tourne peut se révéler fatale pour chacun des personnages auquel on aurait pu s'attacher. C'est aussi tout le jeu stratégique entre les enfants et leurs ennemis qui est rudement intéressant. Véritable partie d'échec, chacun y va de ses coups cachés et muris longtemps à l'avance avec plus ou moins d'efficacité pour parvenir à ses fins.

En tout cas, au bout de cinq tomes qu'on avale avidement, une chose est sûre, la suite se fait attendre avec impatience !

Nom de Zeus (Anne Jonas)

note: 4La mythologie au quotidien Anaïs - 30 mars 2019

Un livre pour les jeunes et les moins jeunes qui veulent décrypter des expressions de tous les jours issues de la mythologie.
Classées par thèmes, les différentes entrées peuvent se lire de façon indépendante.
Chacun peut s'y retrouver devant la variété de propositions : un travail de titan, ouvrir la boîte de Pandore, toucher le pactole, être médusé, faire un laïus, etc.
A la fin, une galerie de portraits conclue le livre. Nous retrouvons ainsi un apollon, une mégère, un pygmalion ou encore un sosie.
Très intéressant pour approfondir ses connaissances et plonger dans les origines des expressions, avec humour. Le tout agrémenté de belles illustrations.

Petits fruits, délices du jardin bio (Denis Pépin)

note: 5Saines gourmandises ! Catherine - 2 mars 2019

Si vous rêvez de récolter vos propres petits fruits rouges, empruntez-vite ce document et peut-être dégusterez-vous les premières baies cet été ?... Un guide précieux et plein de conseils avisés.

À la ligne (Joseph Ponthus)

note: 4A l'usine ! Anaïs - 1 mars 2019

L’auteur-narrateur a fait des études littéraires (hypokhâgne), puis a travaillé comme éducateur dans le social. Mais depuis quelques temps, il a rejoint la Bretagne et cherche du travail. Il est devenu intérimaire et a trouvé des petits boulots à l’usine. D’abord aux conserveries puis à l’abattoir. Il écrit sur le dur labeur, le travail à la chaîne, répétitif, les douleurs que ça engendre, l’épuisement suite aux horaires et au trajet qu'il fait à vélo. Mais son mental le sauve. Il pense aux auteurs lus dans sa "vie antérieure" (Beckett, Proust, Apollinaire, Genet, Céline,...) et aux chanteurs qui ont bercé son enfance (Barbara, Trenet,...) ; tous l'aide à surmonter les heures de travail.
Parfois drôle, parfois cru, l’écriture hachée (beaucoup de retours à la ligne) nous transporte à ses côtés et nous fait goûter à la vie ouvrière, à son quotidien d'intérimaire et ses dimanches avec sa femme et son chien.
Un premier roman à découvrir.

L'Histoire des 3 Adolf - Série complète n° 1
L'Histoire des 3 Adolf (Osamu Tezuka)

note: 4Un grand classique ! jerome - 1 mars 2019

Tezuka traite dans cette série de la seconde Guerre Mondiale et construit son intrigue autour de trois personnages prénommés Adolf. Hitler fait bien sûr parti du trio, viennent s'y adjoindre deux jeunes garçons vivant au japon. L'un est un juif, fils d'un boulanger, l'autre est moitié japonais par sa mère et moitié allemand par son père qui travaille pour le consulat du Reich. Nos deux jeunes garçons vont forcément se rencontrer et lier une amitié malgré le contexte historique et la réprobation du père allemand. Ce dernier va d'ailleurs l'envoyer en Allemagne poursuivre ses études dans l'une des écoles des jeunesses hitlériennes les plus renommées.

Voilà pour la base, car à coté de ça, Tezuka étoffe très largement son récit avec une foule de personnages qui vont graviter autour de ces Adolf. Ce sont toutes ces petites histoires plutôt que la Grande Histoire qui font la force narrative de Tezuka ; car au lieu de nous raconter la seconde Guerre Mondiale, ses horreurs et la noirceur de l'âme humaine, il nous dépeint tout cela judicieusement par ces petits rien, ces choix, ces convictions ou ces reniements qui permettent à de telles atrocités de voir le jour ou à quelques anonymes de nous permettre de croire encore un peu dans le genre humain.
Concernant son dessin, pas grand chose à rajouter, sinon qu'il est toujours aussi impressionnant d'efficacité de fluidité et d'avant garde pour l'époque.

"L'histoire des 3 Adolf" se révèle donc comme une œuvre majeure d'Osamu Tezuka.

La Mongolie de Gengis Khan (Tuul Morandi)

note: 5Epoustouflant ! Catherine - 12 février 2019

Un voyage inoubliable dans des paysages grandioses, parsemé de courts textes qui abordent avec clarté l'histoire et la culture des Mongols, illustrés de jolies calligraphies. Un beau livre, assurément.

Moi ce que j'aime, c'est les monstres - série en cours n° 1
Moi, ce que j'aime, c'est les monstres (Emil Ferris)

note: 5Un OVNI fascinant ! jerome - 1 février 2019

Voilà sans doute le plus bel OVNI qui nous soit tombé dessus depuis quelques temps ! Et pour du lourd on prend du lourd ! Car hormis ces quelques 400 pages et des poussières, Emil Ferris nous plonge subrepticement dans un univers décalé qu'il va falloir apprivoiser au fil des pages, tant graphiquement que narrativement.

Son histoire prend place dans un Chicago des années 60 à travers les yeux de Karen Reyes, jeune fille de dix ans, qui voit des monstres un peu partout et se prend elle même pour un loup garou. Le suicide d'une de ses voisines auquel elle ne croit pas va la conduire à mener l'enquête dans son entourage...
Voilà un pitch bien singulier qui n'est pourtant que l'arbre qui cache la forêt d'une imagination débridée mais maîtrisée. Car malgré l'impression de touffeur qui pourrait sembler prendre le dessus au simple feuilletage de l'album (je vous mets au défi de trouver un espace suffisant pour une dédicace !), on est vite subjugué par l'histoire de cette jeune fille et le graphisme qu'impose Emil Ferris. Composé sur une trame de feuillets perforés avec des lignes, ses planches dessinées tout au crayon bic sont d'une rare beauté ! Que ce soit ses nuances de noir ou ses mélanges de couleurs audacieux, certaines de ses planches m'ont littéralement scotché !

Ce n'est certainement pas un hasard que cet album ait déjà été primé à maintes reprises au fil de cette année, tant il ne peut laisser indifférent. Après, c'est typiquement le genre d'album dans lequel on rentre ou on ne rentre pas, il n'y a pas d'entre deux. Cela reste pour moi un des albums les plus audacieux et envoûtants de l'année !

Dictionnaire insolite du Québec (Véronique Couzinou)

note: 4une autre façon de voyager Anaïs - 1 février 2019

Ce petit livre est une mine d’informations pour mieux connaitre le Québec, par des entrées différentes d’un guide de voyage centré sur les lieux touristiques ou d’un livre d’histoire centré sur les événements qui ont forgé cette région. Au contraire, cet ouvrage permet de découvrir le Québec de l’intérieur, à travers des anecdotes, des particularités linguistiques ou culturelles, des jours clés de son histoire ou des lieux typiques. Chaque entrée du dictionnaire est indépendante, on peut donc le lire de façon fragmentée, ou ne lire que ce qui nous intéresse.
Tous les livres de cette collection ont la même façon d’aborder un pays ou une ville (Barcelone, Égypte, Maroc, Grèce, Lisbonne,…). Une bonne manière d’approfondir ses connaissances de base de façon ludique pour s’immerger avant de voyager.

Dîner avec Darwin (Jonathan W. Silvertown)

note: 5A consommer sans modération Catherine - 3 janvier 2019

"Ce banquet scientifique est une lecture merveilleuse : bon appétit". Cette appréciation de Nature est vraiment parfaitement adaptée à ce documentaire qui se déguste avec gourmandise !

La vraie vie (Adeline Dieudonné)

note: 4Un livre coup de poing Anaïs - 2 janvier 2019

La narratrice, dix ans, vit avec son petit frère Gilles et ses parents dans un pavillon qui ressemble à tous ceux du lotissement. Ou presque. En plus de leurs chambres, il y a celle des cadavres… Car le père est chasseur de gros gibier, et passe aussi ses nerfs sur la mère. Un jour, un accident se produit, qui va changer Gilles. La narratrice va tout faire pour revenir en arrière et redonner le sourire à son frère. Mais est-il vraiment possible de revenir sur ce qui s’est passé ?
On sort de ce livre mal à l'aise – j’en suis encore toute retournée. On ressent l'angoisse, l'ambiance est poisseuse. Dès le début le ton est donné, et la tension monte crescendo jusqu'au climax.
Une lecture forte, à lire d’un trait, dont on ne ressort pas indemne. Mais une plume indéniable pour cette jeune auteure trentenaire, dont le roman a obtenu de nombreux prix, dont l’équivalent du Goncourt belge.

Cléopâtre, la reine fatale - série en cours n° 1
Cléopâtre, la reine fatale (Joël Mouclier)

note: 4Un album de caractère pour une femme qui n'en manque pas ! jerome - 22 décembre 2018

Dans la collection "Les Reines de sang" voici venir Cléopâtre. La famille Gloris et leur goût prononcé pour l'histoire leur font continuer l'aventure avec ce nouveau grand personnage historique féminin, avec cette fois-ci au dessin Joël Mouclier que je découvre.

Ce premier tome installe tranquillement ses pièces sur l'échiquier autour de notre grande reine d’Égypte. Car c'est qu'il y en a du monde à évoluer autour d'elle, à commencer par son jeune frère Ptolémée, avec qui les tensions familiales vont monter crescendo. Ajoutez à cela un empire romain lui aussi déchiré entre Pompée et César mais qui tient l’Égypte par les bourses et vous allez pouvoir sortir le pop-corn pour profiter d'une partie pas toujours fine qui ne donnera pas forcément dans la dentelle...

Ce qui marque d'emblée c'est l'ambiance qui nous est retranscrite de cette Égypte du Ier siècle avant J.C. Joël Mouclier a le don de nous immerger dans cette période historique grâce à la qualité de son dessin et de sa mise en couleur. Faste, chaleur, architecture démesurée, chatoyance des maquillages ou des décors, on s'y croirait.
Mais derrière les fards, c'est aussi une période sans pitié où la mort et les complots ponctuent le quotidien de ces grands de l'Histoire. Et c'est tout cela que notre Cléopâtre va polariser autour d'elle, menant sa barque tant bien que mal dans ce vortex dangereux.

Les grandes lignes sont maintenant posées avec ce premier opus, reste à suivre dans les prochains tomes l'évolution de cette femme au caractère bien trempé !

Idiss (Robert Badinter)

note: 5un récit de vie hors du commun Catherine - 8 décembre 2018

Lire sans attendre ce très bel hommage de Robert Badinter à sa grand-mère. On en ressort grandi.

Furoshiki (Jennifer Playford)

note: 5Pour des cadeaux plus beaux ! Anaïs - 5 décembre 2018

Le furoshiki nous vient du Japon. C'est une technique d'emballage avec du tissu, aussi utilisée pour transporter des vêtements, aliments, bento,...
Vous apprendrez par exemple à emballer vos cadeaux de Noël, ce qui leur donnera un style plus personnalisé, et fera moins de déchets puisque vous pourrez les réutiliser l'année suivante.
Chaque technique est détaillée dans l'ouvrage, vous êtes sûr de réussir à tous les coups !

Portrait d'une femme moderne au Yémen n° 2
Intisar en exil (Sagar)

note: 4Un regard acéré sur le Yemen d'aujourd'hui jerome - 5 décembre 2018

Avec l'album La Voiture d'Intisar moi qui était resté sur un avis positif mais très en retrait à cause d'un graphisme pas du tout à mon goût, c'est LA bonne surprise avec ce nouvel opus des tribulations de notre yéménite préférée mis en scène par le toujours très bon Pedro Riera, mais qui confie cette fois-ci le dessin à un nouvel auteur, Sagar.

Et pour moi ça change tout ! D'une part parce que le trait de Sagar est ce qui manquait à l'album précédent et que sa mise en couleur est tout simplement sublime. On est pleinement immergé dans le quotidien d'Intisar, on ressent l'amour de son pays le Yemen malgré sa condition de femme, mais aussi celle de la Jordanie où elle a du s'exiler.
Et c'est toute la réussite une nouvelle fois de cet album qui derrière le personnage fictif mais très inspiré d'Intisar nous fait comprendre à travers son quotidien tous les enjeux sociétaux et politiques de cette région complexe. Mis sur le devant de la scène internationale ces derniers jours après l'assassinat d'un journaliste dans son consulat, l'Arabie Saoudite qui mène cette guerre au Yemen est placée face à ses responsabilités et ses absurdités macabres. Les Yéménites (qui en ont les moyens) en sont réduits à l’exil, dont une grande partie se fait vers la Jordanie. Intisar est l'une de ces exilés...

J'ai beaucoup apprécié la construction du récit qui derrière moult anecdotes qui pourraient sembler triviales, permettent surtout de comprendre la réalité et le quotidien des femmes au Yemen. Réalité toute en contradictions avec d'un côté la chape de plomb religieuse qui pèse sur elles en société et ce qu'elles font grâce aux réseaux sociaux en intimité par exemple. C'est ce plafond de verre que voudrait bien pouvoir briser Intisar pour pouvoir enfin vivre librement. Et c'est paradoxalement ce que va timidement permettre cette guerre tragique : se libérer de l'emprise masculine qui les maintient dans cette condition.
Alors ne voyons pas pour autant cette guerre comme une "bénédiction", mais permet-elle au moins aux femmes de desserrer la bride qu'elles subissent au quotidien.

Un très bon album que je recommande chaudement pour son intelligence et tout autant pour son graphisme chaleureux et expressif qui sied parfaitement à notre chère Intisar et son pays.

Si on dansait... (Rachel Joyce)

note: 5Littérature et playlist Catherine - 10 novembre 2018

Un roman à la Ken Loach avec, en filigrane, une invitation à voyager en musique grâce à Franck, disquaire londonien atypique, anti-héros de livre drôle et sensible à la fois.

Azimut - série en cours n° 1
Les Aventuriers du Temps Perdu (Jean-Baptiste Andréae)

note: 4Du rêve en barre ! jerome - 8 novembre 2018

Watcha !!! Quelle perle les aminches !!!

Wilfrid Lupano et Jean-Baptiste Andreae, dont j'appréciais déjà énormément le boulot, poussent ici le curseur au taquet pour nous offrir avec ce premier tome d'"Azimut" un petit bijou envoutant, à l'univers déjanté et poétique.

Tout est ici fait pour plonger dans un univers complet aux repères déglingués et qui laisse du coup libre cours à l'imagination débridée de Wilfrid Lupano. Après une familiarisation tout en douceur de ce monde merveilleux par le biais de personnages tous plus truculents ou loufoques les uns que les autres, on va de surprise en surprise pour notre plus grand bonheur. Le temps ici devenu préoccupation centrale de cet ouvrage semble alors s'arrêter pour combler notre curiosité et l'intensité de notre lecture.

C'est frais, épique, tragi-comique, raffiné et complètement barré ! Comment s'y retrouver me direz-vous avec un tel mélange des genres ? Ne cherchez pas, car de toute façon le pôle nord a disparu et les repères qui régissent nos habitudes sont mis à mal de la plus belle des façons ! Une seule chose à faire : se laisser porter par le courant des péripéties qui ne manquent pas et se régaler tant des subtilités du scénario que du savoir faire de Jean-Baptiste Andreae !

Car du côté du dessin, on retrouve le trait si particulier, coloré et chaleureux que j'avais apprécié dans "MangeCoeur" ou encore "La Confrérie du crabe". Andreae s'en donne ici à cœur joie, et son style colle à merveille à cette histoire. L'univers concocté par Lupano lui laisse les coudées franches pour nous en mettre plein les mirettes. Tant les décors que les personnages et les créatures sont tout simplement envoutants ! Et je ne vous parle même pas de cette magnifique couverture qui met déjà en appétit ! Ajoutez à cela une mise en page intelligente et quelques planches littéralement sublimes et... Quoi ? Bon OK, OK, OK... J'arrête les fleurs... jusqu'au prochain tome.

Moi, Daniel Blake (Ken Loach)

note: 4un parcours kafkaïen Anaïs - 6 novembre 2018

Un film social qui s'insère parfaitement dans l'univers du réalisateur, sur l'absurdité de l'administration britannique et des services sociaux.
Un beau plaidoyer pour la solidarité et l'entraide, très émouvant et tout en pudeur.
Palme d'Or à Cannes en 2016.

Les ancêtres ne prennent pas l'avion (Pascale Ruffel)

note: 5une urgence de lecture ô combien salutaire ! Catherine - 3 octobre 2018

Depuis des années, Pascale RUFFEL, psychologue, écoute et accompagne les migrants qui le souhaitent dans un Centre d'accueil pour réfugiés. Elle partage certains moments forts de ces rencontres, et nous entraîne dans une vertigineuse cartographie du monde, riche et cruelle, humaine et digne mais au prix de tellement de souffrances, de trop de souffrances... Un très bel hommage à ces hommes et ces femmes qui osent affronter l'inconnu pour sauver leur vie.

Crée tes vidéos (Robert Blofield)

note: 4Pour viser le César ! Anaïs - 3 octobre 2018

A l’heure de YouTube et autres plateformes d'hébergements de vidéos, on peut croire qu’il est facile de faire des films. Mais connaissez-vous seulement le vocabulaire et les différentes étapes de fabrication d’un film ? Dans ce documentaire qui s’adresse autant aux ados qu’aux adultes, vous apprendrez à maîtriser les techniques pour faire une vidéo de qualité puis la diffuser. Et ce, sans avoir besoin d’investir forcément en matériel coûteux. Alors, lancez-vous !

Migrant (Giovanni Rigano)

note: 4Un zoom nécessaire sur une actualité dramatique jerome - 2 octobre 2018

Eoin Colfer, écrivain pour ados connu pour sa série phare Artemis Fowl nous propose ici un récit d'actualité sur les migrants. C'est tout le parcours d'Ebo parti sur les traces de sa sœur et de son frère vers l'Europe qu'il nous raconte. De sa traversée du Sahara jusqu'à la dangereuse Tripoli en Libye puis la périlleuse traversée de la Méditerranée dans un canot de fortune, on est immergé dans cette quête d'une vie meilleure qui se fait au péril de sa vie.

Le récit est construit en aller-retours entre le début du voyage d'Ebo et le "présent" sur l'embarcation qui essaye de traverser la mer. Si la narration est assez classique elle n'en demeure pas moins efficace et permet au lecteur de bien appréhender ce que représentent ces parcours hallucinants pour rallier l'El Dorado espéré que représente l'Europe. Le dessin semi réaliste de Giovanni Rigano, tout en douceur tant dans le trait que dans la mise en couleur permet de jouer sur les contrastes des situations dramatiques traversées de façon intéressante.
Alors oui, pour tout adulte un peu au fait des événements et curieux de l'actualité cet album n'apportera peut-être pas de "révélation", mais je suis sûr que beaucoup d'ados prendront peut-être conscience de ce qu'immigration veut dire aujourd'hui et des conditions hallucinantes que demande une "simple" traversée de la Méditerranée où nous nous plaisons à barboter...

De toute façon, cet album qu'il soit pris comme témoignage ou reportage a le mérite de nous montrer ce que représente pour ces gens cette folle traversée d'une partie d'un continent et d'une mer dans l'espoir de recommencer une nouvelle vie.

Churchill, Manitoba (Anthony Poiraudeau)

note: 5un voyage d'une originalité subtile Catherine - 5 septembre 2018

Mêler la description d'un lieu de destination rêvé mais bien réel et la progression dans l'idée même du voyage, c'est ce pari très réussi que nous propose Anthony Poiraudeau. Ce récit nous entraîne indubitablement dans notre propre perception du voyage, avec en toile de fond, des planisphères, sans limites...

Kill or be killed - série en cours n° 1
Kill or be killed (Sean Phillips)

note: 4Cauchemar ou réalité ??? jerome - 5 septembre 2018

C'est avec un autre de leurs albums "Fondu au noir" que j'ai récemment découvert la collaboration de ces deux auteurs. Si on reste du côté obscur, on quitte cette fois le polar noir hollywoodien pour un thriller fantastique contemporain percutant.

Dylan, étudiant de 28 ans a l'impression de passer à côté de sa vie. Il décide donc d'y mettre un terme en se jetant d'un toit d'immeuble. Mais rien ne se passe comme prévu et en réchappe "miraculeusement". C'est en fait grâce à l'intervention d'un démon qui va lui proposer un marché qu'il doit sa vie. Pour vivre, il doit assassiner un salopard par mois...

Dur réalité, surtout quand il faut passer à l'acte pour la première fois. Qui choisir ? Comment procéder ? La liste des interrogations s'allonge à n'en plus finir, avec pour ultime questionnement : tout ceci est-il bien réel ???

J'ai beaucoup apprécié ce premier tome qui démarre sur les chapeaux de roue. Nos auteurs n'ont pas fait dans la dentelle, ici on joue l'efficacité, et ça fonctionne très bien. Tout se tient, entre la psychologie des personnages et le trait réaliste de Sean Phillips. Et l'ambivalence de notre Dylan sur qui tout cela tombe est aussi très réussie.

Mais pourquoi j'ai acheté tout ça !? (Elise Rousseau)

note: 4Prise de conscience Anaïs - 17 août 2018

Un petit documentaire très illustré teinté d’humour qui veut nous faire prendre conscience de la surconsommation actuelle. La narratrice insiste sur les notions de gaspillage, obsolescence programmée et pression sociale autour du fait de consommer. Elle nous fait aussi réfléchir sur les nouvelles technologies, qui nous enferment dans une vie virtuelle alors que les gens ne se parlent même plus. Très utile pour comprendre qu’on n’a qu’une seule planète et qu’il serait temps d’arrêter la consommation à outrance qui nous crée plus de besoins que nous n’en avons réellement. Elle propose également des alternatives à la consommation dont on peut s'inspirer.

Un arbre, un jour... (Karine Lambert)

note: 5Effervescence autour d'un arbre Catherine - 5 juillet 2018

Une belle immersion dans ce mouvement de solidarité qui commence tout petit et va jusqu'au sauvetage du platane. Pas vraiment de surprises mais un noble et bel élan qui va crescendo avec des personnages pour qui l'ordinaire sort du commun. Un roman très attachant.

Le Voyage d'Esteban - série complète n° 1
Le Baleinier (Matthieu Bonhomme)

note: 4Prenez le large ! Anaïs - 27 juin 2018

Terre de Feu, siècle dernier. Esteban a 12 ans et vient de perdre sa mère. Il aimerait partir chasser les baleines. Il s’engage alors sur un baleinier, malgré la réticence première du capitaine qui le trouve un peu jeune. Une immersion au cœur de la vie dangereuse de ces marins cap-horniers. Au fil des tomes de cette série, Esteban va grandir et prouver son courage. Un univers riche, de magnifiques illustrations. A mettre entre les mains des enfants dès 10 ans. Les adultes aussi peuvent se régaler !

Traquemage - Série en cours n° 2
Le chant vaseux de la sirène (Relom)

note: 4Poilade garantie ! jerome - 19 juin 2018

Et voici le tome 2 tant attendu ! Oui, car après un premier tome parti sur les chapeaux de roues, cette suite se faisait cruellement attendre.

Et c'est ma foi un bel essai de transformé. Car si trop souvent les deuxièmes tomes de séries démarrées en trombe ont parfois tendance à jouer les soufflés foireux, ici rien de tout ça. Alors oui, on pourra toujours dire que l'effet de surprise n'y est plus (et encore)... mais l'esprit reste et c'est ce qui compte ! Car ce qui fait le sel de cette série c'est la galerie truculente de personnages tous plus déjantés les uns que les autres, les dialogues aux p'tits oignons, et les rebondissements de cette quête farfelue de notre bon Pistolin.
Car celui-ci va devoir affronter son premier mage... chaud les marrons ! Mais je vous laisse découvrir tout ça et je l'espère passer un très bon moment de détente et de rigolade !

Vivement la suite !

La légende des montagnes qui naviguent (Paolo Rumiz)

note: 5Au fil des Alpes et des Apennins Catherine - 1 juin 2018

Paolo Rumiz, considéré comme un des plus grands écrivains italiens contemporains, nous régale avec ce nouveau récit de voyage. Des rencontres enrichissantes, des paysages merveilleux depuis les sommets jusqu'aux creux des vallées... Magnifique !

SHI - série en cours n° 2
Le roi démon (Homs)

note: 4Magnifique ! jerome - 1 juin 2018

Voilà un deuxième tome comme je les aime : le soufflé ne retombe pas, loin de là, le rythme est toujours aussi soutenu, l'intrigue avance bien, et le dessin est toujours aussi magnifique.

Zidrou enfonce le clou et nous dévoile de nouveaux pans de son intrigue et des machinations qui s'installent au plus haut niveau dans ce Londres de la fin du XIXe. On comprend également mieux l'origine de ce mouvement, le SHI, que nos deux jeunes protagonistes vont créer et qui va perdurer jusqu'à aujourd'hui. Car c'est le deuxième point important dans cet album, la partie contemporaine du récit occupe plus de place...
Quant au dessin de José Homs, il reste toujours un régal pour les yeux, tant dans l'expressivité de ses personnages, des décors qu'il plante ou de tous les détails qui y fourmillent. Certaines planches sont tout bonnement magiques !

Vivement la suite !

Je danserai si je veux (Maysaloun Hamoud)

note: 5Un film courageux plein de force Anaïs - 24 mai 2018

3 jeunes femmes palestiniennes partagent un appartement à Tel-Aviv. Elles peuvent ainsi vivre comme elles l'entendent, sans jugement entre elles, loin de la société conservatrice qui les bride.
Un vrai souffle de liberté, pour l'émancipation des femmes, afin de rompre avec le paternalisme, l'asservissement sexuel ou encore le fanatisme religieux. Servi par une bande originale impeccable, très dansante, ce film est un régal mais traite de manière sérieuse des sujets de fond sur la condition féminine difficile en Israël. Il donne envie de se battre pour vivre loin de toute oppression.Une chronique moderne sur la vie urbaine d'aujourd'hui, toujours en proie à une difficile libération, où les difficultés perdurent.

Aulnay (Rémy Prin)

note: 5Splendides images de pierre Catherine - 2 mai 2018

L'église romane d'Aulnay de Saintonge est un véritable lieu d'exception pour admirer l'art roman. Une vue d'ensemble ou un détail, à l'ombre ou en pleine lumière, c'est toujours un parcours révélateur de merveilles artistiques. A découvrir aussi entre les bras d'un bon fauteuil en feuilletant ce beau livre de Rémy Prin.

Une longue impatience (Gaëlle Josse)

note: 5Lecture de l'intime Anaïs - 2 mai 2018

C'est la voix d'Anne, la mère, que nous écoutons tout au long du roman. Louis, son fils de 16 ans, n’est pas rentré, après une violente dispute avec le nouveau mari d’Anne. Alors celle-ci va chercher son fils, et l’attendre, jour après jour… On découvre au fil des pages l’histoire de cette femme bretonne, dans l’après-guerre. Une vie liée à la mer (son mari a disparu au large) qui va changer avec son nouveau mari, pharmacien. L’auteur nous fait pénétrer dans l’intimité de la narratrice, tout en pudeur et retenue. L’écriture touche au cœur, on partage ses émotions, son inexorable attente du fils, qui la fait tenir au quotidien. Un portrait bouleversant.

Hillbilly - série en cours n° 1
Hillbilly (Eric Powell)

note: 4De la très bonne Dark Fantasy ! jerome - 20 avril 2018

Avec "Hillbilly", on replonge dans les racines du fantastique avec un personnage central des plus troublant et impressionnant. Entre cow-boy et trappeur, les orbites noires et vides, muni d'un hachoir hors norme et d'un pseudo haut de forme, notre Rondel (oui, on aurait du mal à faire plus ridicule comme nom mais quand on voit le lascar, doivent pas être nombreux ceux qui se sont foutu de lui ^^ ) en impose d'emblée ! Mais il vaut mieux, car c'est un pourfendeur de créatures maléfiques et plus spécifiquement de sorcières (qui sont à l'origine de son état).
Découpé en chapitres formant une trame plus globale, les allers-retours entre flashback et quotidien de notre Rondel construisent petit à petit un univers d'une grande richesse. Lieux étranges, créatures malfaisantes, Rondel et sa fidèle Esther nous servent de passeurs dans cet univers de Dark Fantasy.
Le trait d'Eric Powell reste toujours aussi impressionnant. Expressif, fluide et au service d'une imagination débridée, j'ai vite été conquis par ce nouveau monde qu'il nous propose. J'ai juste hâte de voir ce hachoir reprendre du service avec le 2e tome annoncé.

Le château d'Angers et la tenture de l'Apocalypse (Jean Mesqui)

note: 5Merveilles du patrimoine angevin Catherine - 11 avril 2018

Ce petit guide nouvellement édité nous invite à redécouvrir ce patrimoine si proche. Le temps d'un weekend, avec ce fascicule en poche, le Château d'Angers vous livre ses secrets...

La famille Tout-Écran

note: 4Se connecter intelligemment Anaïs - 3 avril 2018

Avec l’omniprésence des écrans, difficile de ne pas en avoir chez soi. Les enfants s’en saisissent et les parents n’ont pas forcément les clés pour leur expliquer comment utiliser les smartphones et autres tablettes sans danger. Ce petit fascicule édité par le CLEMI (centre pour l’éducation aux médias et à l’information) a pour but d’éclairer les parents mais aussi les enseignants et de donner des conseils pratiques aux familles. Un accompagnement bienvenu pour faire face à la masse d’information mais aussi de désinformation dont regorgent le web et les réseaux sociaux. Une bonne entrée en matière pour savoir se protéger des images violentes et respecter les règles. Indispensable dans notre monde ultraconnecté !

La cité des trois saints (Vincenzo Bizzarri)

note: 4Du roman (graphique) noir à l'italienne jerome - 3 avril 2018

Pour un premier album, ces deux auteurs italiens frappent fort !

En même temps, ici tout ne va être que rapport de force, ou presque. Dans cette ville italienne d'aujourd'hui placée sous la protection de trois Saints et d'une mafia toute puissante, nous allons suivre le récit croisé de trois personnages : un ex boxeur déchu et camé, un jeune dealer et un ex mafieux retiré qui tente de rentrer dans le droit chemin avec son camion fast food.

Ce qui m'a surpris d'emblée dans cet album c'est la lumière. Loin des clichés sombres qu'aurait pu inspirer ce genre de récit, le dessinateur Vincenzo Bizzarri nous propose un graphisme lumineux. Même les scènes de nuit m'ont laissé cette impression, ce qui n'est pas innocent à mon sens quand on connait la fin de l'album.
C'est aussi sans doute ce qui renforce le contraste avec ce quotidien tout en tension, qui monte progressivement jusqu'à la procession finale qui clôt l'album et libère chacun des protagonistes de façon singulière...

Le point fort de cet album réside donc dans sa narration impeccable qui page après page installe cette tension des plus palpable ; on attend juste de savoir quand et comment va se rompre l'élastique...
Le trait un peu caricatural de Bizzarri y est aussi pour beaucoup. Allié à sa mise en couleur, à ses cadrages très cinématographiques et à certaines scènes assez surréalistes, on ne peut que se laisser prendre et attendre que tout cela nous pète à la gueule.

Un très bon album, tout en tension et en efficacité, surtout pour une première. Voilà deux auteurs qu'il va falloir suivre de près !

L'homme gribouillé (Frederik Peeters)

note: 5Un must ! jerome - 13 mars 2018

Pour un gribouillage, on a vu pire ! J'en prends tous les jours et j'en redemande des coups de crayon comme ça moi ! Entre un Serge Lehman très inspiré et du GRAND Frederik Peeters revenu au noir et blanc, on en prend plein les mirettes ! Ces deux auteurs se sont trouvés et l'osmose contagieuse de leur travail nous réserve à mon sens le meilleur album lu depuis un bon moment.

Tout concourt à la réussite de cette petite merveille. L'ambiance tout d'abord qui nous happe dès les premières pages. Lâchés dans ce Paris noyé sous des trombes d'eau incessantes, on découvre petit à petit l'autre richesse de ce récit : les personnages. Tout s'imbrique subrepticement. On a déjà mordu à l'hameçon sans s'en être rendu compte.
Car la famille Couvreur, Jasmine, Betty et Maud, nous réserve bien des surprises... Entre la fille, la mère et la grand-mère, chacune a son caractère bien trempé, mais pourtant une histoire commune et mystérieuse qui va nous ramener au temps des contes et des créatures extraordinaires.
C'est ce glissement subtil entre un quotidien banal et le fantastique qui donne toute sa force au récit en s'appuyant sur cette ambiance singulière, ces solides personnages et toute la richesse du décorum et des personnages secondaires. On se laisse mener par le bout du nez, et chapitre après chapitre nos deux auteurs enfoncent le clou jusqu'à un final grandiose grâce à une narration des plus maîtrisée.

Messieurs bravo ! Une seule requête : c'est pour quand la prochaine collaboration ???

Notre histoire - série complète n° 1
Notre histoire (Sam Garcia)

note: 5A la rencontre de l'histoire des Antilles Catherine - 7 mars 2018

Lilian Thuram nous raconte son histoire et il en profite pour glisser au fil des pages des personnages qui ont compté dans l'histoire des Antilles. C'est tout simplement une belle histoire de partage de savoirs. A lire sans tarder... et sans oublier le tome 2

Patients (Grand Corps Malade)

note: 4Une cure d'optimisme Anaïs - 1 mars 2018

Ce film s'inspire d'un épisode tragique de la vie de Fabien Marsault, alias Grand Corps Malade.
Suite à un accident, Ben est cloué sur un lit d’hôpital. Il va faire la rencontre d'autres jeunes gens aussi abîmés que lui : traumatisés crâniens, paraplégiques, tétraplégiques, etc. Le réveil est difficile pour cet ancien basketteur habitué à bouger. Mais tous ensemble, ils vont se battre à chaque étape de leur rééducation, en apprenant la patience. Il y a parfois des périodes d'abattement, mais la cohésion de groupe donne des forces. Malgré le tragique de ces vies qui ont brutalement basculé, ce n'est pas larmoyant, Ben ne s’apitoie pas sur son sort, bien au contraire !
Un film drôle et émouvant.
A lire en parallèle : le livre "Patients", de Grand Corps Malade, tout en poésie, dont est tiré le film.

Bergères Guerrières - série en cours n° 1
La relève (Amélie Fléchais)

note: 4Originale et malicieuse ! jerome - 2 février 2018

Après « Chemin perdu » et « L'Homme Montagne », revoici Amélie Fléchais dans une nouvelle série avec pour comparse au scénario Jonathan Garnier, avec qui elle avait justement travaillé sur « Chemin perdu ».

On sent que tous les deux ont affuté leurs armes pour nous fourbir une petite série pas piquée des hannetons, tout en gardant ce qui faisait leur marque de fabrique dans leur précédente production, à savoir un amour du récit (très inspiré du conte), un goût prononcé pour l’onirisme et un élan pour les cultures traditionnelles qu’ils vont revisiter de façon souvent très contemporaine.

Dans un univers qui rappelle les Celtes ou les Vikings, les hommes sont partis pour la Grande Guerre depuis 10 ans… sans qu’aucun ne soit revenu ni n’ai donné de nouvelles. La société s’est donc réorganisée et les femmes ont alors créé l’ordre des Bergères Guerrières pour défendre leur village. Molly qui vient d’avoir dix ans va enfin pouvoir intégrer l’ordre et commencer l’entrainement accompagnée de son fidèle bouc Barbe-Noir et de son ami Liam !

On retrouve le graphisme faussement naïf d’Amélie Fléchais qui m’a rappelé le très bon dessin animé « Brendan et le Secret de Kells ». C’est frais, expressif et très loin d’être gnangnan. Nous voilà lancé sur une sorte de conte initiatique où, une fois n’est pas coutume, ce sont les femmes qui ont le beau rôle. Molly et ses jeunes comparses vont débuter leur formation de Bergère Guerrière et partir pour leur première mission…
Voilà un premier tome qui pose les bases solides d’une très bonne série jeunesse, grâce à un scénario et un dessin qui se caractérisent par une forte singularité, un sens aigu de l’épique avec toujours une touche d’humour.

Une vraie réussite, vivement la suite !

La divergence des icebergs (Jean-Philippe Basello)

note: 5Moment magique sur la banquise Catherine - 2 février 2018

Prenez quelques minutes pour rejoindre le grand sage Ours très Blanc : il vous racontera l'origine de son monde de glace, de blanc, de neige, de ciel étoilé... De jours heureux sur la banquise jusqu'à ce qu'un iceberg parte à la dérive. Magnifique album